Cap d’Agde : des maisons menacées par un incendie

0
Un front de feu de 150 mètres. Photo Nicolas Podéroso pour Métropolitain.

POMPIERS. D’importants moyens ont été engagés ce mercredi soir par le Sdis 34 pour combattre un violent incendie de broussailles et d’arbustes, dans la station-balnéaire du Cap d’Agde, sur la commune d’Agde.

L’alerte a été donnée vers 20h15 au Codis 34 qui a dépêché des pompiers de 12 casernes, avec des camions-citernes feux de forêt -CCF-, de gros porteurs d’eau et des fourgons de lutte contre les feux urbains, dans le quartier de Rochelongue, au Cap d’Agde, où les maisons du lotissement dit de Malfato étaient directement menacées par un front de flammes de 150 mètres.

Pavé

Outre ces habitations, des cabanes, cabanons et mobile-homes étaient encerclés. Des pins, des haies de cyprès et des peupliers ont brûlé.

Trois mises à feu

L’absence de vent a facilité l’intervention des pompiers. À 21h, trois groupes d’intervention feux de forêt -GIFF- et des véhicules de commandement, soit 27 engins et 70 hommes étaient engagés. Pompiers et policiers ont procédé à des évacuations des locataires de six pavillons.

4 hectares de végétation ont brûlé autour du lotissement en construction, encerclé par les flammes. La configuration des lieux a rendu difficile l’accès des engins des pompiers, qui ont pu protéger les six villas menacées.

Selon nos informations, il y aurait eu au moins trois départs de feu distincts, ce qui rend l’origine de cet incendie volontaire. Les policiers de la Sécurité publique du commissariat d’Age étaient sur les lieux pour recueillir des témoignages et tenter d’obtenir des renseignements sur le ou les pyromanes.

Les flammes menacent des maisons, ce soir. Photo Nicolas Podéroso pour Métropolitain.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire