Bannière

OBJECTIFS. À quelques jours du prochain conseil de surveillance -le 30 mars- l’aéroport Montpellier Méditerranée (AMM) réfléchit encore aux stratégies à adapter pour se positionner sur la scène européenne et atteindre les 2,5 millions de passagers inscrits dans son plan d’actions « Destination 2020 ».

 « Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté ». Voilà une phrase lancée par le président du conseil de surveillance de l’AMM, Pierre Vieu et qui trouvait une résonance particulière à la mi-journée dans la tête des journalistes conviés à la présentation de la saison estivale 2017. À l’origine de sa remarque, une question posée par l’un de nos confrères, qui pointait du doigt l’écart important entre le trafic passager actuel -1’669’058 passagers en 2016- et l’objectif ambitieux affiché par Emmanuel Brehmer, président du directoire de l’AMM avec 2,5 millions de passagers fin 2020.

PAVÉ

« C’est pourquoi je défends un investissement d’ampleur et le plus rapide possible », répond immédiatement Emmanuel Brehmer, reconnaissant qu’il s’agit d’un « pari risqué, mais nécessaire si l’on ne veut pas disparaître du prisme de développement des compagnies aériennes, sous trois à cinq ans ».

Vision optimiste

Sa vision, optimiste, tend à valoriser le potentiel de croissance de la plateforme montpelliéraine, dont les résultats 2015 et 2016 à la hausse sur de multiples indicateurs -nombre de destinations, de passagers, succès de la récente Navette Hop!- permettent d’après lui, d’envisager des projets structurants, solides. « Même si je le répète encore et encore, nous avons besoin, plus que jamais de l’appui des collectivités pour y arriver. Je suis persuadé de la volonté de Carole Delga, Stéphan Rossignol et Philippe Saurel d’agir à nos côtés car aucun d’eux ne peut nier le rôle central de cet aéroport dans toute notre économie régionale ».

Pour l’heure, pas de nouvelle annonce concernant un soutien financier public revu à la hausse, mais un président du directoire prêt à « rebattre les cartes » et même à revoir la composition du capital de l’aéroport pour s’adapter à de nouveaux schémas. Il n’exclut pas non plus une stratégie globale, qui intégrerait d’autres aéroport, comme nous vous l’annoncions le 22 mars dernier, dans un article évoquant la création de l’association A+B (Airport+Business) présidée par l’entrepreneur à succès, Bertin Nahum.

2016, année millésime ?

Sans aller jusque là, l’année 2016 est qualifiée par Pascal Bigot, directeur de développement des lignes, « d’année record ». Pour preuve, ces quelques chiffres qu’il nous présente : +10,7% de trafic passager (soit 162 000 clients de plus qu’en 2015, la deuxième plus forte croissance parmi les aéroports de + de 1 million de passagers, hors Paris et 11 lignes sur 12 en croissance dans le « top routes ».

« Il s’agit de notre 4ème année consécutive de croissance », soulignent Pierre Vieu et Emmanuel Brehmer, en amont de la présentation des prévisions 2017.

115 000 passagers de plus en 2017

« Au 20 mars, les indicateurs de trafic en notre possession nous laissent penser, sauf incident majeur, que 2017 sera une bonne année », annonce Emmanuel Brehmer. « Nous visons les 115 000 passagers de plus qu’en 2016 d’ici la fin de l’année », précise Pascal Bigot. Si les pronostics sont corrects, l’aéroport montpelliérain atteindrait ainsi son plus haut niveau de trafic jamais atteint avec 1’784’000 passagers. Ce qui signifie une progression de +7%.

Pour y parvenir, 1’590’000 sièges seront mis à la vente cette année depuis/vers Montpellier, dont 180’000 sièges en plus rien que pour la saison estivale, que cela passe par des créations de lignes, des augmentations de capacité sur ligne existante ou un soin accru aux taux de remplissage de destinations moins populaires, comme Dublin.

Au plus fort de l’été, 31 routes et 17 compagnies seront ainsi actives. Les villes de Lille, Londres, Bastia, Palma de Majorque, Stockholm et Ibiza seront, c’est nouveau, desservies, en partie grâce à l’arrivée de British Airways et Germania. « En région, Montpellier s’inscrira en deuxième position pour la croissance de l’offre, derrière Toulouse », se félicite Pascal Bigot.

Les travaux ont commencé

Quatre axes ont été retenus pour asseoir la croissance de l’AMM et atteindre l’objectif « Destination 2020 » : renforcer le réseau existant, installer les dessertes fondamentales pour un aéroport européen, développer le réseau domestique, mais aussi le tourisme import. « Montpellier est une place business », insiste Emannuel Brehmer, laissant la parole à Frédéric Zuccaro, directeur d’opérations « projets immobiliers et infrastructures » pour présenter la mue de l’aéroport de Montpellier, à commencer par une première tranche de travaux en cours et qui consiste à restructurer le hall départ, tout particulièrement la fonction enregistrement, ajoutant ainsi 4 banques d’enregistrement. Livraison prévue en mai 2017. En octobre, démarreront d’autres travaux permettant d’agrandir les salles d’embarquement et d’améliorer le circuit passager. « Tout cela est mis en œuvre afin de porter progressivement la capacité de l’aérogare à 2,2M de passagers par an », rappelle Frédéric Zuccaro.

Bientôt, le projet Tarmac Avenue

Du côté des projets immobiliers, 5’500 mètres carrés de surface plancher répartis sur 2 immeubles vont être construits, donnant naissance au projet Tarmac Avenue, qui prévoit 1 hôtel 3 étoiles de 76 chambres minimum, 1 hôtel 2 étoiles de 50 chambres minimum, 1 brasserie de 100 couverts, 1 centre de séminaires, 1 complexe sportif… C’est le groupement Fondeville/Arrelia qui gèrera l’opération. Le permis de construire sera déposé en mai prochain pour un début des travaux fin 2017-début 2018 et une livraison avant la saison été 2019.

Le projet Tarmac Avenue verra le jour sur cet emplacement. Photo JMA
Présentation de « Destination 2020 » ce lundi. Photo JMA

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Directeur des rédactions du groupe, Xavier est à 30 ans, la « force tranquille » de Média Métropolitain. Passionné d’architecture et de culture, il se spécialise néanmoins depuis déjà 5 ans dans l’économie et la politique régionales, tâchant d’imprégner ses papiers d’un humour conforme…à ses origines belges !

Une réaction

Laisser un commentaire