Le préfet, à droite et son directeur de cabinet, à gauche. Photo JMA.
1140×200 fun

CIRCULATION. Mercredi après-midi, le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel et son directeur de cabinet, Guillaume Saour ont assisté à un contrôle de vitesse et d’alcoolémie, entre Montpellier, depuis le rond-point des Près-d’Arènes et celui des 4 Vents, cette intersection qui mène à Palavas-les-Flots et à Villeneuve-lès-Maguelone. Ils ont évoqué le cas des routiers qui circulent sur l’autoroute A9.

Ce mercredi, pendant deux heures, un radar mobile et des jumelles pour traquer les fous de vitesse avaient été installés sur la longue ligne droite de la deux fois deux voies à la hauteur des Marestelles, sur la commune de Lattes. De nombreux conducteurs de voitures et de motos ont été pris en infraction. Trois d’entre-eux, notamment celui qui roulait à 158 km/h au lieu des 90 autorisés, ont vu leur permis de conduire retiré sur le champ par les gendarmes et les policiers de la Sécurité publique, associés à cette opération. Un constat positif : aucun des conducteurs étaient alcoolisés.

Lignes droites 

300×250 fun

Le préfet et son directeur de cabinet ont largement commenté les mauvais chiffres concernant l’insécurité routière dans l’Hérault, avec déjà 16 morts depuis le début de l’année et ce constat qui les inquiète : « Les automobilistes et les motards continuent de rouler trop vite, souvent nettement au-delà de la vitesse autorisée. Quand ils roulent sur des longues lignes droites, ils se lâchent. D’où des collisions et des sorties de route dues au non-respect de la vitesse autorisée. Nous allons multiplier les contrôles pour ramener les conducteurs à la raison ».

Distances de sécurité

Pierre Pouëssel et Guillaume Saour ont évoqué la circulation sur l’autoroute A9 et sur le futur boulevard urbain de l’A709, mis en service en juin à la fin du chantier du doublement de l’actuelle autoroute et, aussi surprenant que cela puisse paraître ont mis un bémol sur une idée reçue de ceux qui sont en voiture : « L’analyse de l’accidentologie, les contrôles de vitesse effectués par les gendarmes, les enquêtes lancées après les accidents impliquant des camions, notamment les poids-lourd attestent qu’en général, les routiers respectent la limitation de vitesse imposé, notamment sur les tronçons où elle ne doit pas dépasser les 90 km/h. C’est une réalité. En revanche, nous faisons le constat que, comme pour les automobilistes, les chauffeurs de poids-lourd ne respectent pas les distances de sécurité, donc, en cas de freinage urgent, des accidents peuvent survenir, car les véhicules légers et les camions se suivent de trop près ».

Des panneaux informatifs sont pourtant disposés le long des autoroutes pour inciter les conducteurs à respecter les distances de sécurité.

Quand l’A9 et l’A709 seront mises en circulation, il n’y aura plus de camions qui circuleront sur le boulevard urbain qui conduira aux bretelles desservant Montpellier.

Les routes placées sous haute surveillance à l’avenir. Photo D.R.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Une réaction

  1. Oui ils respectent la vitesse (pas tous souvent régulateur à 95 km/h et impossible de les rattraper)
    Mais le comportement général n’est pas top dépassement sur de longues distances ,debouatement a l’arache et distance de securite envers les autres camions mais surtout avec les automobilistes……
    Oui mais pas tous

Laisser un commentaire