Entre Montpellier et Palavas : le préfet sur un contrôle de vitesse

0
Automobilistes et motards interceptés ce mardi. Photo JMA.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Un contrôle de vitesse conjointement mené par les gendarmes du groupement de l’Hérault et les policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier s’est déroulé ce mardi après-midi au sud de Montpellier, sous les yeux de Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, accompagné de son directeur de cabinet, Guillaume Saour.

Un radar embarqué a été installé sur la route de Palavas, peu après le lieu-dit Les Marestelles, commune de Lattes, avec interception des conducteurs en infraction par des motards des unités de Sécurité routière des compagnies de gendarmerie de Lunel et de Castelnau-le-Lez -10 militaires- ainsi de la police nationale -9 gardiens de la paix- au rond-point des 4-Vents, à l’intersection qui mène à Villeneuve-lès-Maguelone et à Palavas-les-Flots.

Pavé

« En moins d’une heure, trois automobilistes étaient au volant sans être titulaires du permis de conduire et nous avons fait une rétention du permis de conduire pour un conducteur contrôlé à 158 km/h au lieu des 90 km/h autorisés. Deux autres automobilistes roulaient à 120 et 125 km/h », a relevé le préfet, entouré d’officiers de gendarmerie et de gradés de la Sécurité publique de l’Hérault.

Déjà 14 morts

Pierre Pouëssel a déploré le lourd bilan déjà des personnes décédées dans les accidents de la route depuis le début de l’année : 14 morts, au lieu de 12 l’année dernière à la même période. Il a qualifié d’exceptionnelle la loi des séries du week-end dernier : 3 morts -un sur la RD 2 à Popian, deux sur l’A75 à Paulhan, dont un piéton fortement alcoolisé errant sur une voie- et de nombreux blessés, parmi lesquels les trois piétons fauchés par un chauffard ivre et drogué à la fête votive de Saturargues.

Mais, le préfet de l’Hérault s’est dit inquiet ce mardi après-midi face à ces drames de la route, avec un non-respect des limitations de vitesse, prévenant qu’il avait demandé aux forces de l’ordre de multiplier à l’avenir leur présence au bord des routes et les contrôles routiers, notamment sur des tronçons accidentogènes. Cette route de Palavas, depuis le rond-point des Près-d’Arènes à Montpellier jusqu’à celui des 4-Vents est le théâtre d’accidents de la circulation récurrents.

2 nouveaux radars sur l’A9

Parmi les armes efficaces de la prévention, mais aussi de la répression figurent les radars, fixes et embarqués. Le préfet de l’Hérault a révélé que deux nouveaux radars automatiques fixes allaient être implantés sur l’autoroute A9, dès la mise en service de la nouvelle configuration liée au doublement de l’autoroute, « les radars fixes actuels, dans le sens Nîmes-Narbonne, notamment celui implanté à Saint-Aunès resteront à leur emplacement, mais seront situés sur l’A709, l’autoroute urbaine qui permettra de sortir à Montpellier. Sur cette A709, il n’y aura plus aucun poids-lourd qui ne circulera, le trafic des camions se fera sur l’A9 ».

Tablettes NeoGend

Actuellement, l’Hérault compte 34 radars fixes, 7 radars embarqués et un motard fantôme, présent ce mardi après-midi sur le contrôle routier. Il s’agit d’un gendarme de l’escadron départemental de Sécurité routière (EDSR 34), qui circule sur une moto en se fondant dans le trafic et qui repère les infractions les plus graves, signalées à des collègues motards postés non loin de là.

L’année dernière, le radar fixe de Saint-Aunès, sur l’A9 a flashé 160’000 automobilistes, celui situé sur la commune de Lattes, après la sortie de Montpellier-Ouest a surpris 71’000 conducteurs.

Pierre Pouëssel s’est félicité de la mise à disposition des gendarmes de l’Hérault d’une tablette baptisée NeoGend, un système performant inventé par une équipe de techniciens de la gendarmerie nationale, qui permet d’informer en temps réel de la situation d’un conducteur intercepté lors d’un contrôle routier : s’il est recherché, s’il a été condamné, si des accessoires qu’il transporte sont signalés volés etc. Une arme futuriste, dont vont hériter les policiers nationaux du département, avant la fin de l’année.

Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault très intéressé par la tablette du système NeoGend. Photo JMA
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire