La famille socialiste de l’Hérault rassemblée derrière Hamon

4
1140×200

PRÉSIDENTIELLE. Une image d’unité et de soutien indéfectible à Benoît Hamon. Tel était le message passé par ses soutiens ce matin lors d’un point presse à une quarantaine de jours du premier tour de l’élection présidentielle. Autour de la table, ou excusés, les représentants de tous les candidats à la primaire et les écologistes.

L’unité dans l’Hérault

« Il n’y a pas de flottement ici comme on peut le constater ailleurs » se satisfait Hussein Bourgi. Le secrétaire fédéral du PS dans l’Hérault met en avant la trentaine de maires ayant apporté officiellement leur soutien au candidat socialiste : « Benoît Hamon a le nombre le plus important de parrainages dans l’Hérault » .

- Annonce -
300×250
Fiesta Sète
PAVÉ 250

Avec les socialistes, Christian Dupraz, conseiller régional EELV, tient à préciser : « On entend souvent dire que les écologistes n’auront pas de candidat pour la première fois depuis 1974. C’est parfaitement faux. Benoît Hamon est notre candidat, il défend nos idées et on est extrêmement motivés et fiers d’être derrière lui » .

Reste quelques rumeurs de ralliement des députés socialistes Anne-Yvonne Le Dain et Patrick Vignal à Emmanuel Macron qui pourraient faire tâche dans cette unité affichée. Des bruits que ne commentent pas les personnalités présentes tant qu’ils ne sont pas officialisés.

Face à la tentation Macron

Kleber Mesquida regrette l’importance et l’impact des sondages dans cette campagne : « Certains citoyens essaient de se situer par rapport aux sondages. Et cela marche aussi auprès de certains élus qui n’ont pas la foi chevillée au corps, qui se disent mais si je change de camps je vais peut être sauver mon siège. Et là, ils vont au naufrage« .

Sur les socialistes qui rejoignent Emmanuel Macron, le président du département n’y va pas par quatre chemins : « Quand je vois des personnes qui ont été faites par la PS, formatées par le PS, qui ont eu tous leurs mandats avec une investiture socialiste, je pense que ce sont des gens de petite foi et qui ne méritent pas de considérations. Lorsque l’on a des convictions, ce ne sont pas des convictions d’opportunistes« . Son jugement est sans appel : « On a compris que ces gens là sont venus se servir et se faire servir par le parti, et aujourd’hui ils passent dans le camp adverse. C’est leur choix mais cela situe bien dans l’opinion leur versatilité et le côté ridicule des fonctions qu’ils ont exercées« .

Hussein Bourgi va plus loin : « Aujourd’hui si vous regardez le prototype de celles et ceux qui quittent le navire. Ce sont des hommes et des femmes qui ont aujourd’hui un certain âge et qui savent très bien que si jamais ils venaient à être battus en 2017, il n’y aura pas de session de rattrapage en 2022. Quand ils seront sortis du paysage politique, ils auront 5 ans de plus au compteur et ne pourront prétendre revenir se représenter sur la circonscription sur laquelle ils sont aujourd’hui élus » .

Pour l’instant, les nouveaux frondeurs ne sont pas publiquement inquiétés par les instances du parti. Mais Hussein Bourgi annonce : « Le lundi 20 mars, il y a un bureau national extraordinaire du PS en présence du Premier ministre, des présidents des départements et de régions socialistes pour préparer la suite des événements » . La question des investitures aux législatives sera bien évidemment à l’ordre du jour. De là à parler d’exclusions…

« Les règles du PS sont simples. Elles valent aujourd’hui comme elles valaient pour les dernières élections municipales. Si vous ne respectez pas ces règles, de vous-même vous vous mettez en dehors du parti. Les députés ou les maires qui donnent leur signature à Emmanuel Macron d’eux-mêmes sortent du PS. Nous en prenons acte » appuie Christian Assaf, membre du bureau national.

Michaël Delafosse, président du comité de soutien et proche de Benoît Hamon, lui a donné un conseil : « Je lui ai dit  : Ne te préoccupes pas de ceux qui ont des états d’âme et qui cherchent à se faire une place pour se faire réélire bien au chaud. L’important ce sont les Français qui sont venus à la primaire » .

La suite de la campagne

Si pour l’instant la campagne a été monopolisée par « les bruits de casseroles » et « la peur, avec le FN à un niveau inquiétant dans les intentions« , estime Michaël Delafosse, il fait valoir les spécificités de son candidat : « Benoît Hamon s’adresse à l’intelligence des Français. Il décline des propositions qui analysent les grandes transitions du monde : environnementales, démocratiques, démographiques , économiques. Il essaie à la fois de porter des réponses sur le quinquennat mais aussi pour la génération qui vient« .

Reste désormais à porter cette parole, voulue loin de la pollution des affaires, et le projet de Benoît Hamon auprès des électeurs. Pour cela, les initiatives pédagogiques avec les citoyens vont s’intensifier en couvrant l’ensemble du département avec des cafés ou des apéros citoyens, des distributions de tracts sur les marchés, devant les gares ou dans des lieux moins habituels comme le zoo demain… Et un rendez-vous important le jeudi 30 mars avec un meeting de Benoît Hamon à Montpellier.

- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier. Observateur discret de la vie locale. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

4 Commentaires

  1. […] En février dernier à l’issue de la primaire socialiste, Anne-Yvonne Le Dain avait refusé de signer l’appel de Carcassonne signe du soutien des cadres socialistes d’Occitanie à Benoît Hamon. Sur France 3, elle regrettait notamment ne voir « aucun signe d’ouverture au courant réformateur et social-démocrate auquel j’appartiens » . En précisant : « Je suis et reste socialiste, mais je ne me reconnais ni dans ce texte, ni dans cette direction politique. La peur de l’avenir ne peut tenir lieu de politique publique » . Il était donc difficile de voir cette forte tête à la parole libre s’engager en faveur de Benoît Hamon. D’autant qu’elle n’était pas apparue samedi dernier lors de la conférence de presse des soutiens locaux du candidat socialiste. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here