Le zoo devient métropolitain : un lifting pour le parvis

0
Le nouveau parvis du zoo municipal de Lunaret. Photo Métropolitain. D.R.

PARC ZOOLOGIQUE. Le parc zoologique du Lunaret à Montpellier est en pleine transformation, actuellement et pour cause : il devient métropolitain. Une métamorphose qui va impacter le zoo jusqu’en 2021 et qui se fait en plusieurs étapes, depuis la fin de l’année dernière.

« Depuis plus de 50 ans, Montpelliérains et visiteurs profitent du site remarquable du parc du Lunaret dont l’une des attractions est le zoo municipal de Montpellier, un lieu de découverte et de promenade accessible gratuitement et fréquenté par environ 650’000 personnes par an. Ce zoo public, l’un des rares gratuits en France, est reconnu pour ses missions à la fois pédagogiques, notamment auprès du jeune public, mais aussi scientifiques, au regard de son action en matière de reproduction et de conservation des espèces qu’il accueille. Comme d’autres gestionnaires de zoo, qu’ils soient publics ou privés, la Ville a décidé de moderniser cet équipement en investissant d’ici à 2021, 30 M€ ; un engagement conséquent au bénéfice du bien-être animal, de l’observation des espèces et de la sécurité du site -risque incendie et mises aux normes- avec pour ambition d’en faire un pôle majeur en matière de préservation de la biodiversité, explique Philippe Saurel, maire et président de la métropole, En France, Montpellier se distingue pour son expertise et son action en matière de préservation de la biodiversité en milieu urbain. Acteur identifié par la communauté scientifique, le zoo de Montpellier, appelé à devenir un équipement métropolitain, doit  pouvoir continuer d’apporter sa contribution par la reproduction et la conservation d’espèces menacées et la diffusion des connaissances sur la faune et la flore. Le vaste plan de rénovation d’un montant de 30 M€ voté cette année par la Ville permettra de hisser le zoo de Montpellier, au niveau des grandes infrastructures nationales voire européennes ».

Les financeurs de l’octroi des 30 M€ pour la nouvelle vie du zoo du Lunaret sont la Ville de Montpellier, avec la participation de l’Etat et de la Région dans le cadre du contrat de plan Etat-Région.

Un zoo nouvelle génération

Avec ce plan de rénovation, c’est un zoo d’une nouvelle génération qui sera proposé au public d’ici à 2021 avec des enclos neufs ou réaménagés, dont certains accueilleront plusieurs espèces en mixité, une collection animale enrichie et une observation le plus possible en immersion. L’objectif est de faire évoluer le confort des animaux et de renouveler l’intérêt et la connaissance des visiteurs.

Une nouvelle gestion de la forêt et un retour au pastoralisme permettront de réduire le risque incendie et de proposer aux visiteurs de découvrir ou redécouvrir la flore méditerranéenne avec la possibilité de cheminer à travers la garrigue pour mieux la connaître et de profiter de nouveaux points de vue rouverts sur la campagne alentour.

La ferme pédagogique restaurée

Entièrement restructuré, le site de la ferme pédagogique a vocation à devenir un espace pédagogique de dimension métropolitaine dédié aux animaux domestiques et à l’agro-écologie, ainsi qu’à la connaissance de la biodiversité locale et européenne avec notamment la présentation d’espèces méconnues vivant sur le territoire régional.

Le Parc de Lunaret restera ouvert, mais fermera zone par zone, en fonction du calendrier des travaux étalés sur les quatre prochaines années :

Jusqu’à cet hiiver : travaux sur le couvert forestier, fin 2017-début 2018, début des travaux sur les enclos, zone par zone.

Le zoo de Lunaret, c’est :

. 70 hectares de parc zoologique
. 10 hectares de réserve naturelle du Lez
. 141 espèces
. 1350 animaux
. 650’000 visiteurs par an
. 120 agents municipaux affectés au zoo de Montpellier
. Budget de fonctionnement du zoo : 1 M€
. Budget d’investissement du zoo : 500’000 €.

Pratique : www.montpellier.fr

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire