Le colonel Risdorfer dans une caserne, avec le colonel Pierre Anselme. Photo D.R.

DÉPART. Métropolitain avait annoncé ces derniers jours en exclusivité que le colonel Christophe Risdorfer, directeur du Service départemental d’incendie et de secours -Sdis 34- partait dans les prochaines semaines. L’intéressé vient officiellement de le confirmer, via une intervention devant le conseil d’administration du Sdis 34, ce mardi. Voici la teneur de son discours :

« Chacun sait que je suis très attaché à ce Sdis de l’Hérault dans lequel j’ai servi au cours de plusieurs périodes de ma carrière. J’ai l’honneur de le diriger depuis maintenant un peu plus de 7 ans. Je pense que, sous l’autorité du préfet et du président -NDLR : Kléber Mesquida- avec l’ensemble des élus du Casdis et mon équipe de direction, nous avons conduit un travail de fond important qui a conduit notre établissement public à se situer désormais au niveau des Sdis de 1ère catégorie. Je n’oublie pas non plus d’y associer l’ensemble des sapeurs-pompiers et des personnels administratifs et techniques, dont je salue l’investissement remarquable.

Mais aussi important et  porteur de résultats qu’il fut, ce travail a également provoqué des changements substantiels dans les habitudes des sapeurs-pompiers professionnels et conduit à une dégradation du dialogue social, qui, malheureusement n’était pas plus brillant avant mon arrivée en 2009…

Le travail d’un directeur de Sdis est avant tout technique, même s’il convient bien sûr de toujours rester à l’écoute et d’oeuvrer dans le domaine social. Quel que soit le poste que j’ai eu l’honneur de tenir, j’ai toujours placé la mission au-dessus de toute autre considération, car je pense que c’est ce qu’attendent nos concitoyens. De plus, je ne veux surtout pas sombrer dans un état d’esprit négatif qui me conduirait à ne plus être constructif et à ne plus avoir le recul qui sied à ma fonction. Je ne veux retenir que le positif, les projets et les dossiers extraordinaires conduits et surtout le plaisir de travailler avec mon équipe de direction et l’ensemble des cadres qui oeuvrent sans compter pour l’évolution positive de ce Sdis. Je ne les mettrai jamais à l’honneur !

Quoi qu’il en soit, ainsi que j’ai eu l’occasion de l’exprimer au président Mesquida, celui qui mène des réformes aussi importantes que celles que nous avons vécues ces dernières années n’est peut-être pas celui qui, ensuite, stabilise la situation. Ainsi, les quelques jours de repos de fin d’année ayant été propices à l’introspection, j’ai acquis la conviction que le temps était venu de réfléchir à mon avenir professionnel. Par conséquent, librement et sans contrainte, j’ai fait le choix de me porter candidat à un autre poste, il y a quelques jours. Je viens d’avoir confirmation , ce matin même, que j’ai été retenu comme adjoint au chef de l’inspection générale de la Sécurité civile. Je vous avoue que j’en suis honoré, car j’espérais un jour dans ma carrière, aller servir l’État : j’ai commencé ma carrière à la BSPP -Brigade des sapeurs-pompiers- à Paris et je la terminerai à la DGSC -Direction générale de la Sécurité civile- à Paris, la boucle est bouclée. Je vous quitterais donc dans quelques semaines, mais je reste Héraultais, bien sûr. Tous mes voeux accompagnent le Sdis de l’Hérault ».

Une liste de trois candidats va être proposée prochainement au préfet de l’Hérault pour choisir son successeur.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire