Vent dans l’Hérault : 130 sorties des pompiers

0
À Montpellier, rue des 2 Ruisseaux, un arbre sur une voiture. Photo Métropolitain. D.R.

INTEMPÉRIES. Pas moins de 130 interventions liées à la tempête de vent ont été effectuées lundi par les sapeurs-pompiers de l’Hérault, selon un bilan communiqué ce mardi matin par le Sdis 34 : arbres couchés en travers des routes ou carrément déracinés, comme dans des quartiers de Montpellier, à Lattes, à Saint-Brès, au Cap d’Agde, à Vendargues etc. Des pins qui sont tombés sur des voitures en stationnement, comme dans l’impasse des 2 Ruisseaux, dans le quartier des Cévennes, à Montpellier ou qui roulaient, comme ce véhicule touché  sur la deux fois deux voies au Grand Travers, entre Carnon-est et la Grande-Motte, avec son conducteur indemne, mais qui a connu une grosse frayeur.

Intervention lundi soir à La Mantilla, à Port Marianne, sur la route de la Mer, à Montpellier, où des structures du bâtiment menaçaient de s’affaisser.

Trois policiers municipaux pour un poteau

Pavé

Tuiles envolées, antennes de télévision arrachées, toiture détruite ont constitué le lot des sorties des sapeurs-pompiers, souvent avec la grande échelle. Des poteaux électriques menaçaient de chuter sur la voie publique, comme dans l’impasse de la Cavalade, entre le centre commercial Odysseum et le lycée professionnel Mendès-France, à Montpellier. Lundi vers 22h, une voiture de la police municipale de la Ville de Montpellier, gyropahares allumés barrait l’accès au pont qui conduit au lycée professionnel.

Trois agents municipaux, loin d’être aimables sont restés des heures à bord du véhicule devant le poteau électrique qui penchait…Un témoin s’interrogeait : « S’il avait fallu poster une voiture de police municipale devant chaque poteau électrique menaçant de tomber, eh bien, il en aurait fallu beaucoup. Ces patrouilles de policiers municipaux ne sont t-ils pas plus utiles pour des surveillances anti-cambriolages ? Pourquoi n’a t-on pas installé des barrières pour blosquer l’accès à ce pont, au bout duquel se trouve une impasse, jamais fréquentée la nuit ? ».

La sécurisation des voies publiques pour éviter des accidents passe avant tout. Même devant une impasse où aucune voiture ne circule la nuit.

 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire