Montpellier : une Cité Créative d’ici 2020

0

URBANISME. Philippe Saurel a dévoilé mardi le projet ambitieux qui prendra place d’ici 2020 sur l’ancien site militaire de l’EAI. Une Cité Créative verra le jour avec un campus réunissant quatre écoles du numérique et un équipement à la pointe de la technologie pour créer un lien fort avec les entreprises du territoire.

Un campus dédié au cinéma

Situé sur le site de l’ancienne place d’arme de l’EAI, le campus accueillera 1 400 élèves au sein de quatre écoles : l’ESMA (école dédiée aux métiers artistiques déménagera d’Euromédecine), l’IPESAA (école formant au design, à l’illustration et au jeu vidéo), l’antenne jeux vidéo de l’ETPA (plus particulièrement dédiée à la photographie et au game design) et une antenne de Cinécréatis (école de cinéma basée à Nantes).

Le bâtiment, imaginé par l’architecte catalan Josep Lluis Mateo, accueillera les salles de cours, des auditoriums, 350 logements étudiants sur les étages supérieurs, une salle de fitness ou encore un petit terrain de foot sur le toit-terrasse.

Les étudiants bénéficieront d’outils de travail exceptionnels avec un fablab, trois studios de cinéma sur 750 m2 modulables, des studios sons… le tout avec des équipements professionnels. L’objectif est aussi de faire bénéficier ces installations de haute qualité aux entreprises.

Au coeur d’un écosystème

Au sein de cette Cité Créative, deux structures viendront enrichir cette écosystème principalement axé sur le cinéma. La « Boîte dans la boîte » sera un espace de coworking de 4 000 m2 proposé aux startups. Les détails du lieu, dont l’esprit est inspiré par Illusion & Macadam, seront dévoilés prochainement.

Par ailleurs, la Métropole mettra à disposition des TPE et PME, l’ancien musée de l’Infanterie et l’ancienne halle mécanique comme solution d’implantation.

Enfin, le « Cocon », après la réhabilitation de l’ancienne salle de projection de la caserne, sera un lieu de vie et d’animation qui accueillera des projections, des concerts, des rencontres autour des arts numériques.

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

Laisser un commentaire