La section de recherches de Montpellier enquête.
1140×200

INFO MÉTROPOLITAIN. Un adjudant de gendarmerie en poste dans une brigade rattachée à la compagnie de Castelnau-le-Lez, près de Montpellier, soupçonné d’escroquerie, de faux et usage de faux a été suspendu de ses fonctions.

Sur la foi des éléments d’une enquête confiée aux gendarmes de la section de recherches de Montpellier, menée sous la direction d’un juge d’instruction du tribunal de grande instance de cette ville, après l’ouverture récente d’une information judiciaire par le procureur de la République, Christophe Barret et de sa  mise en examen, ce militaire, fortement endetté aurait commis des faux pour ouvrir des crédits dans des banques, en utilisant le nom de personnes placées en garde à vue à la brigade où il exerce et dont les documents, notamment les pièces d’identité avaient été saisis et conservés dans le cadre des procédures en cours.

300×250

Cet adjudant de gendarmerie mettrait en cause un autre gendarme et un gendarme adjoint volontaire, en poste dans la même unité comme ayant été ses complices. Ces deux « collègues » nieraient farouchement ces accusations. Les investigations se poursuivent activement pour faire la lumière sur cette affaire, embarrassante pour la gendarmerie.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Une réaction

Laisser un commentaire