Anarchie dans l’Écusson après le carnaval des Gueux

4
BANNIERE

CARNAVAL. Entre 400 et 500 personnes ont participé hier soir au traditionnel Karnaval des Gueux dans le centre-ville de Montpellier. Malgré l’important dispositif de sécurité mis en place, le cortège festif a vite été le prétexte à des débordements et à l’expression politique de la mouvance anarchiste. Devant les tags et les magasins endommagés, l’incompréhension se mêle à la colère chez les habitants et commerçants du quartier.

« C’est incroyable ! Comment est-ce que l’on peut laisser faire ça ? Ils ont tout retourné » s’étonne choqué un commerçant de la place Saint-Côme dont la devanture a été épargnée. Un peu plus loin Odette Daudé de la boutique de lingerie dans la Grand’Rue Jean Moulin attend le vitrier : « Je ne pourrai pas ouvrir la boutique tant que les vitres n’ont pas été changé. Je ne peux pas prendre le risque qu’un client se blesse » . Guy Barral, adjoint au maire, délégué au quartier centre, passe par là au même moment et rassure la propriétaire. À l’instar des déclarations de catastrophes naturelles, des mesures seront prises pour que la mairie appuie les commerçants afin d’accélérer les remboursements par les assurances : « Les tags ça disparait, il faudra sans doute un ou deux jours. Le plus grave et urgent ce sont les commerçants » .

PAVÉ

Un peu plus haut dans la rue, la porte d’entrée d’American Vintage est complètement explosé. Quelques articles ont été dérobés. Le magasin étant équipé de caméras de vidéosurveillance, des vigiles ont fait le pied de grue cette nuit et ce matin pour éviter le pillage.

Les agences immobilières ont été la cible privilégié des tagueurs et casseurs. Tout comme la police ou les politiques. Le carnaval des Gueux, même s’il est habituellement sujet à des débordements, revêtait un caractère particulier cette année en raison des événements politiques et sociaux de ces derniers mois. L’appel avait également été lancé pour soutenir le Royal Occupé. Et même si cette démonstration de force sera sans doute considérée comme une victoire par les anarchistes, il n’est pas certain que ces débordements donnent une bonne publicité à la cause…

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

4 RÉACTIONS

Laisser un commentaire