Vidéosurveillance.
Bannière

AGRESSIONS. Quatre piétons, des jeunes montpelliérains un peu avinés qui sortaient d’établissements de nuit et qui étaient des proies faciles, ont été dévalisés par des individus, selon un même mode opératoire : ils ont été encerclés dans un coin de rue ou à une station de tramway et dépouillés. Des agressions similaires ont déjà eu lieu ces dernières semaines dans le centre-ville de Montpellier.

Vendredi vers 23h30, deux individus âgés de 18 ans ont entouré un passant, dans la rue de Verdun. Pendant que l’un d’eux engageait la conversation, l’autre lui a discrètement fait les poches pour s’emparer du téléphone portable, avant de s’enfuir. La victime qui a vite compris la supercherie a alerté un témoin qui a appelé police-secours. Une patrouille de la Sécurité publique rapidement dans le secteur a pu localiser les voleurs, formellement reconnus par la victime. Mais, ils n’étaient déjà plus en possession du téléphone.

Couteau en poche

PAVÉ

Un peu plus tard, vers 2h15, toujours dans la rue de Verdun, un piéton a été encerclé par trois individus qui lui ont carrément vidé les poches, en lui dérobant son billet de 10 euros, mais, fort heureusement, sans pouvoir dérober le téléphone portable. La victime a résisté, en effet et alertés par ses cris, des riverains ont composé le 17, le numéro d’urgence de police-secours, qui a permis l’arrivée rapide d’un équipage de la police nationale et l’interpellation du trio âgé de 16, 18 et 22 ans. L’aîné a été trouvé en possession du billet de 10 € et d’un couteau dans une de ses poches.

Vers 5h45, en cette nuit de vendredi à samedi, toujours dans cette rue située entre la place de la Comédie et la gare SNCF Saint-Roch, les agents municipaux affectés au centre de supervision urbain (CSU) de la Ville de Montpellier ont aperçu trois suspects en train de dévaliser un passant. À l’arrivée rapide des policiers, le trio -deux de 18 ans, un de 20 ans-était en possession du téléphone portable et du portefeuille de la victime. Bien qu’en possession de ces biens et bien qu’identifiés par la victime, les trois agresseurs ont nié les faits, en garde à vue, où l’un de ceux de 18 ans a tenté de se faire passer pour mineur.

Station de tramway

Enfin, dans la nuit de samedi à dimanche, peu après 2h, les agents du centre de supervision urbain (CSU) qui visionnait les caméras situés autour de la gare SNCF Saint-Roch ont aperçu un jeune individu s’emparer avec violences du téléphone portable d’un voyageur esseulé, qui se reposait sur un banc de la station de tramway.

Des patrouilles de police ont été alertées et l’un d’elle a repéré l’agresseur sur la place de la Comédie, vers 2h15. Âgé de 16 ans, ce mineur étranger non accompagné était alcoolisé. Il avait encore le téléphone sur lui.

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

8 RÉACTIONS

  1. Va-t-on devoir subir encore longtemps les agissements de ces mineurs étrangers isolés? Vite arrêtés et encore plus vite relâches. France terre d’accueil de racaille

  2. En fait l’article montre surtout une belle efficacité de la surveillance et des policiers et aussi parfois la belle réaction des passants. Si on compare avec les réactions de ceux qui se cachent derrière leur clavier sans correcteur d’orthographe….

  3. J’ai aussi été victime, et j’ai porté plaite le samedi. Les agresseurs n’etaient pas étrangers mais bien blancs et certainement de bonne famille .

Laisser un commentaire