L’Insolite du dimanche : un sandwich a 43’000 euros !

0
Sandwich Burger King.

C’EST VRAI ! Chaque dimanche, nous puisons dans l’actualité de la semaine de la planète pour dénicher une histoire inattendue, mais authentique. Aujourd’hui, nous partons au Canada.

Un licenciement brutal aura coûté à Burger King bien plus qu’un sandwich. En janvier 2014, un restaurant de la chaîne de fast-food situé à Vancouver au Canada, a mis à la porte une employée… et doit aujourd’hui le regretter amèrement. Le motif du renvoi à l’époque était celui-ci : Usha Ram avait volé pour environ 50 cents (soit 70 centimes) de nourriture dans le restaurant.

PAVÉ 250

Trois ans après, la justice vient de considérer que ce motif n’était pas suffisant à un renvoi « compte tenu de l’absence de preuve d’une préméditation (…), de la nature du poste de Usha Ram et de la vulnérabilité économique de cette femme avec peu d’éducation et qui a travaillé comme cuisinière dans un fast-food pendant vingt-quatre ans ».

De surcroît, le prétendu « vol » n’était selon la cour qu’une « incompréhension » entre l’employée et sa manager. Usha Ram, qui avait oublié son portefeuille, avait en effet demandé ce jour-là à repartir avec un sandwich, une boisson et une portion de frites. Devant la réponse affirmative de sa manager, elle s’était donc exécutée avant que celle-ci ne lui fasse remarquer qu’elle avait dit oui pour un sandwich mais pas pour les frites et la boisson.

L’employée avait été virée le lendemain comme une malpropre. Elle a attaqué la chaîne de fast-food au tribunal.

La cour a donc accordé 21’000 dollars de dommages et intérêts pour l’année de salaire perdue ainsi que 25’000 dollars pour dommages aggravés, soit 46’000 dollars, 43’000 € !

Ça fait vraiment cher le sandwich.

Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here