Juges.
BANNIERE

JUSTICE. C’était le 14 février, jour de la Saint-Valentin, une date que les policiers de la Sécurité publique du commissariat de Béziers ne sont pas prêts d’oublier : ils ont interpellé un couple, la mère d’une fillette de 3 ans, âgée de 21 ans et son concubin, âgé de 22 ans pour des violences volontaires.

La fillette était devenue la souffre-douleur du couple, dans le huis-clos de l’appartement. La mère est soupçonnée d’avoir battu son enfant depuis deux ans, avant que son compagnon arrivé depuis sept mois avant l’intervention des policiers mettant fin au calvaire de l’enfant, ne prenne le relais. Non seulement, il est suspecté d’avoir frappé l’enfant, mais également la mère.

Toyota

Le jour de l’arrestation du jeune couple, la mère avait d’ailleurs reçu des coups de barres de fer de la part de son concubin, tandis que la fillette avait été blessée à coups de pied à la tête.

Le couple a été placé en détention provisoire par les juges du tribunal correctionnel de Béziers, à l’issue de sa présentation en comparution immédiate, à l’issue de sa garde à vue, jusqu’à son procès, le 8 mars prochain. Le procureur de la République de Béziers avait requis la remise en liberté du couple sous contrôle judiciaire.

La fillette a été confiée à un foyer de l’enfance.

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Une réaction

Laisser un commentaire