Colère des policiers : réaction du syndicat SGP-FO

1
Bruno Bartocetti réagit. Photo JMA.
banniere mega

SÉCURITÉ PUBLIQUE. Comme Métropolitain l’a révélé ce mardi soir, une grande partie des policiers en tenue et de la brigade anticriminalité (BAC) du commissariat de la circonscription de la police nationale de Sète-Frontignan restent à domicile depuis lundi soir.

Les missions sont assurées par des équipages dépêchés du commissariat central de Montpellier. Après Sète, les policiers du commissariat de Sécurité publique d’Agde ont rejoint ce mouvement.

PAVÉ VOLVO V40

Interrogé ce soir par Métropolitain sur cette action inattendue, Bruno Bartocetti, délégué régional du syndicat -majoritaire- Unité SGP Police-FO donne sa position : « C’est le résultat d’un blocage aveugle d’une direction centrale de la Sécurité publique qui refuse d’admettre que les conditions de travail des policiers passent par un changement d’horaires. Les policiers veulent se préserver, tout en respectant le service public. Alors que nous avions proposé des solutions, lors des dernières réunions en préfecture de l’Hérault, l’échec se trouve dans la maison de la préfecture. C’est au préfet de donner des explications ».

Un burn-out massif est évoqué. Une première dans un commissariat de police d’ici.

À suivre.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Une réaction

Laisser un commentaire