Nexity présente Ywood son futur siège à Montpellier

1
1140×200

IMMOBILIER. Nexity a présenté le bâtiment qui lui servira de siège à Montpellier. Situé à Odysseum au @7 Center, Ywood est un immeuble novateur dans le domaine de la construction. Autour de son coeur en béton, le matériaux utilisé n’est autre que le bois.

La pose du premier panneau en bois sur la façade extérieur du bâtiment Ywood était l’occasion de présenter le lieu qui accueillera en octobre les bureaux de la direction régionale de Nexity actuellement à Antigone. Un bâtiment conçu par Philippe Bonon et Philippe Cervantes du cabinet A+ Architecte et propriété de Foncière Inea. Sa grande particularité est d’être majoritairement fabriqué en bois.

300×250

Deux des étages seront occupés en octobre par la direction régionale de Nexity ainsi qu’une partie du service particuliers (syndics, gestion locative sont concernés et plus particulièrement le backoffice). « Puisque l’on garde nos implantations à la Comédie et sur l’avenue du Mondial 98. C’est globalement 100 personnes qui seront ici » a détaillé Philippe Ribouet, directeur régional promotion Languedoc Roussillon chez Nexity.

Nexity ne sera pas le seul locataire d’Ywood. La volonté pour le reste du bâtiment, soit le rez de chaussée et un étage, qui sera constitué de vastes open-spaces, est de l’occuper par des startups, et notamment du numérique a souhaité Philippe Saurel.

Les avantages du bois

Laurent Bizeur, directeur général délégué immobilier d’entreprise chez Nexity, a présenté les avantages des constructions en bois : « Le principal intérêt est son caractère écologique. Quand on construit 1m² en bois, on fait économiser 1 tonne de CO2 à la planète. Il n’y a pas plus vertueux que le bois dans la construction » .

Autre argument : « Une qualité indéniable du bois, c’est sa rapidité d’exécution. Par rapport à un bâtiment traditionnel, on peut considérer que la durée de réalisation d’un lieu comme celui là est du tiers inférieur à ce que l’on réalise d’habitude » . Débuté le 7 janvier, l’immeuble de 3 000 m² sur 3 étages sera occupé en octobre. Un délai court réalisé grâce à la facilité du montage de la structure.

Utiliser le bois a également des conséquences bénéfiques sur le chantier explique Laurent Bizeur : « Il y a beaucoup moins de nuisances en terme de bruits, d’engins de chantier et de flux de camions » .

Dernier avantage avancé : « Le sentiment de confort amélioré perçu par les salariés. On a déjà réalisé des bâtiments en bois et interrogé l’ensemble des utilisateurs. Il en ressort qu’ils s’y sentent beaucoup mieux. C’est l’esprit scandinave. On se sent plus zen, plus efficace, plus performant et c’est tout bénéfice pour tout le monde » .

Du bois autrichien et pas héraultais

Philippe Saurel, reconnaissant envers les représentants de Nexity et de Foncière Inéa pour la confiance et les investissements placés à Montpellier, a toutefois regretté la provenance autrichienne du bois : « Vous avez choisi de faire des bureaux en bois, c’est un bon choix. Je regrette seulement que vous n’ayez pas pu le faire avec les filières du département de l’Hérault (…) Je regrette que le bois n’ait pas été suffisamment travaillé, traité pour que vous puissiez y trouver les matériaux dont vous aviez besoin. J’en ferai part au Président en lui disant que pour construire les nouvelles constructions en bois de Montpellier nous avons besoin de bois traité et transformé » .

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

Une réaction

  1. Se poser la question de l’origine des matériaux de construction est un devoir d’une politique d’urbanisme.
    Mais pourquoi cette question n’a t’elle pas été posée lors que l’on construit à Montpellier massivement en béton (La Mantilla, Le Dora Mar, parking St. Roch, Pierre Vives etc.), en BFUP (nouvelle gare TGV), en métal (Gare Saint-Roch, Hotel de Ville), en membranes polymères (Le Nuage, La gare Saint Roch, projet de rénovation du Polygone).
    C’est en effet fort dommage de ne pas utiliser nos matériaux et savoir-faire locaux mais ce mode de construction va au moins dans le bon sens même avec du bois européen. D’autres villes s’impliquent dans le développement du bois (voir les projets d’IGH AdivBois) mais rien en vue à Montpellier. A quand une ligne politique encourageante et exemplaire en la matière. Les projets n’y manquent pas.

Laisser un commentaire