Illustration - D.R.
BANNIERE

La lutte contre la délinquance routière s’est intensifiée en 2016 et devrait continuer cette année. Entre l’implantation de nouveaux radars et les nouveaux dispositifs qui sillonnent les routes du département chaque jour, Métropolitain vous livre en exclusivité, les chiffres jusque là non communiqués au grand public

Avec plus de 13 000 kilomètres de réseau routier, le département de l’Hérault intensifie les contrôles de vitesse, notamment à l’aide des radars automatiques. La rédaction de Métropolitain a réussi à se procurer les chiffres exacts, jusque là non-communiqués au public. Toujours plus nombreux et encore plus fiables, les radars automatiques ont relevé en 2016 un total de 973’876 contraventions. Un chiffre impressionnant qui pousse certains à se demander si l’intérêt financier n’est finalement pas devenu l’objectif premier de ces dispositifs qui, d’après la loi du 12 juin 2003, ont pour vocation de lutter contre la violence routière

Les radars fixes

Toyota

L’Hérault compte 33 cabines implantées de manière définitive. En 2016, certains radars fixes ont été perfectionnés quand d’autres ont été remplacés par des radars discriminants, capables de mesurer la vitesse, différencier la catégorie des véhicules, leur voie de circulation…tout cela pour ajuster le contrôle et garantir sa fiabilité. Selon nos informations, 13 393 infractions ont été relevées en moyenne par cabine, soit un total de 442 000 infractions sur le parc entier. Très redoutés des automobilistes, les radars tronçons mesurent eux votre vitesse sur un parcours de plusieurs kilomètres (voir notre article expliquant leur fonctionnement).

Actuellement, quatre ‘‘radars tronçons’’ sont implantés dans l’Hérault. Selon une information exclusive de Métropolitain, deux nouveaux sites à contrôle de vitesse moyenne seront mis en service pour la livraison du doublement de l’autoroute A9 à Montpellier, dans les deux sens de circulation, sur une distance totale de près de 17 kilomètres. Un radar fixe devrait également être réimplanté sur la RD612 entre Mireval et Sète, avant la fin du mois de mars.

Radars mobiles de nouvelle génération

Le radar mobile de nouvelle génération est un radar embarqué à bord d’une voiture banalisée, conduite par des gendarmes ou des policiers en uniforme. Sa mission est de pouvoir photographier, sans flash, tous les véhicules en grand excès de vitesse. Il photographie les véhicules roulant dans un sens comme dans l’autre.

En circulation ou à l’arrêt, ils ont relevé en 2016 quelque 66 876 infractions, en parcourant au total 430 000 km. L’Hérault en compte sept, dont deux en zone police, à Montpellier et à Béziers, et cinq autres en zone gendarmerie : un au peloton autoroutier de Poussan, un dans les pelotons motorisés de Clermont l’Hérault et de Castelnau-le-Lez, puis un dans les brigades motorisées de Béziers et de Lunel. À Montpellier, d’après nos sources, il suffirait de faire un aller-retour sur une artère très fréquentée, pour relever une soixantaine d’infractions.

Radars autonomes (chantiers)

Généralisé en 2016, l’Hérault a été doté de quatre radars autonomes pour renforcer la sécurité aux abords des chantiers et sur les itinéraires à protéger. Le constat est terrifiant : ils ont relevé au total 465 000 infractions, c’est à dire une moyenne de 116 250 flashs par radar…contre 13 393 flashs pour 33 radars fixes. Soit presque 10 fois plus.

Face à cette efficacité redoutable, l’Hérault va-t-il être doté de radars autonomes supplémentaires ? ‘‘Oui très certainement, dans le cadre des itinéraires à protéger, leur nombre est en cours de définition avec la direction de la sécurité et de la circulation routières (DSCR), mais notre objectif est de les augmenter’’ nous indiquait la préfecture, en milieu de semaine

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Journaliste depuis 2015, ce passionné de radio (animation, montage…) et d’informatique, gère notre site Internet et l’intégralité des réseaux sociaux du groupe.

3 RÉACTIONS

  1. On peut effectivement se demander le but réel des cet acharnement sur la vitesse alors que l’on croise tous les jours(plutot toutes les nuits) des voitures avec les feux de croisement grillés et parfois même les veilleuses et ce en totale impunitée

  2. D’accord avec Florent, sans compter les feux rouges grillés toutes les nuit, j’en sais quelque chose, j’en ai deux sous mes fenêtres. Spectacles permanents.

Laisser un commentaire