Montpellier : un ancien boxeur a été assassiné

17
L'hôtel de Police de Montpellier - Anthony Montardy / Métropolitain.
banniere mega

ENQUÊTE. Le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret a indiqué ce lundi soir, que l’information judiciaire ouverte au cabinet d’un juge d’instruction contre le Montpelliérain de 30 ans domicilié à la cité Gély visait le crime présumé d’assassinat, c’est à dire un homicide volontaire avec préméditation, après la mort par balles, dans la nuit de samedi à dimanche d’un ancien boxeur d’ici, âgé de 37 ans.

Le procureur a requis un mandat de dépôt contre le trentenaire issu de la communauté gitane sédentarisée -conduit au commissariat central par des amis et un des juges de paix de cette communauté- où il s’est constitué prisonnier. Cinq heures après les faits, l’assassin présumé avait 1,80 gramme d’alcool par litre de sang. Il a notamment été incapable de retrouver l’endroit exact où il s’est débarrassé de l’arme du crime, un fusil de chasse qu’il est allé chercher dans le coffre de sa voiture.

Tirs mortels depuis l’extérieur

Pavé

Vers 1h20, selon le commerçant, alors que la victime faisait des emplettes de denrées dans l’épicerie de nuit, au 70 de la rue du faubourg Figuerolles, trois coups de feu ont éclaté. Le client a été touché dans le dos, puis de deux autres projectiles dans le thorax. Les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) arrivés les premiers sur place ont pratiqué des massages cardiaques pour ranimer la victime, en vain. Les secours, arrivés peu après n’ont pas pu la ranimer.

Trois impacts à travers la vitrine de l’épicerie de nuit attestaient que le tireur a fait feu à trois reprises depuis l’extérieur, en visant le client, avant de s’enfuir au volant d’une voiture. À 5h30, il se présentait à l’hôtel de police, où il était mis à la disposition des policiers du SRPJ de Montpellier, saisis de l’enquête en « crime flagrant ».

Une parole mal comprise ?

La victime résidait dans le quartier de la Pompignane à Montpellier, où elle était appréciée. Que s’est t-il passé dans la nuit de samedi à dimanche à Figuerolles ? Une parole mal comprise par l’assassin présumé, quelques heures plus tôt dans l’épicerie où les deux hommes faisaient des achats auraient été le détonateur, sur fond de forte alcoolisation et de consommation de drogue.

L’auteur présumé aurait ruminé une vengeance, avant de revenir devant le commerce pour abattre l’ancien boxeur. D’où la préméditation retenue pour sa mise en examen.

 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

17 RÉACTIONS

  1. Allah Ya rahmek mon couzin amin tu nous manque fortement couzin à toute la famille on t’aime tous mon couzin incha Allah que dieu t’ouvre les porte de paradis mon freres !

Laisser un commentaire