Illustration - JP
1140×200 fun

ARRESTATIONS. Après une accalmie de quelques semaines, les policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier ont été de nouveau confrontés aux agissements présumés de mineurs étrangers non accompagnés, anciennement des mineurs isolés, hébergés dans des structures d’accueil du Département de l’Hérault.

Dans la nuit de jeudi à ce vendredi vers 3h25, deux piétons ont hélé des agents de police-secours qui patrouillaient rue Foch, dans le quartier de la préfecture, en désignant quatre jeunes qui couraient vers le boulevard Henri IV et pour cause : ils venaient d’arracher la chaîne en or de l’une des victimes qu’il portait autour du cou.

300×250 fun

Des policiers prenaient en chasse les quatre suspects, deux à pied, deux en voiture d’intervention, ce qui permettait d’en rejoindre trois et de les interpeller devant le Jardin des Plantes. Le quatrième a pu s’enfuir.

L’un des trois suspects arrêtés -un adulte de 18 ans toujours hébergé en foyer pour mineurs, deux adolescents de 16 et 17 ans- possédait dans une poche le bijou en or, volé à l’un des piétons, qui a pu le récupérer.

Roulottiers en action

Quelques heures plus tôt, c’est boulevard de Strasbourg qu’un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) mettait hors d’état de nuire deux adolescents de 15 ans et de 17 ans, surpris en flagrant délit de vol à la roulotte. Un appel parvenu sur le 17, le numéro d’urgence de police-secours avait indiqué que deux individus étaient en train de fouiller une fourgonnette en stationnement. Les mineurs étrangers non accompagnés avaient fait pression avec leurs mains sur une vitre latérale pour l’ouvrir et pour dérober des objets à l’intérieur de la fourgonnette. Les roulottiers en action n’ont pas eu le temps de les emporter, ils ont été arrêtés par les policiers de la BAC et placés en garde à vue, avant d’être remis en liberté.

 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

11 RÉACTIONS

  1. et encore on parle d eux uniquement lorsque ils sont arrêtés…. je vous laisse imaginer le préjudice de leurs méfaits quand ils ne sont pas interpellés

  2. « Placé en garde à vue avant de les remettre en liberté » c’est toujours comme cela que se termine l’histoire ! Ça devient monotone !

Laisser un commentaire