Philippe Thinès, Florence Brutus et Bertrand Vivancos

POLITIQUE. La fédération de l’Hérault du Parti Radical de Gauche (PRG) s’est réunie mercredi soir en assemblée générale afin de procéder au remplacement de son président Frédéric Lopez. Ce dernier souhaitait, après seize dans ce mandat, s’investir d’une autre manière dans le parti.

Après un débat sur le projet politique à mener dans les trois ans à venir, un nouveau bureau départemental a été élu à 76% des voix des adhérents. Philippe Thinès a ainsi été élu président de la fédération, Florence Brutus secrétaire générale et Bertrand Vivancos trésorier.

Philippe Thinès salue l’action menée par Frédéric Lopez : « Il a amené une stabilité au sein de la fédération car depuis qu’il a été élu nous n’avons plus eu de conflit de personnes. Cela nous a permis d’avoir des élus et de jeunes adhérents » . Le nouveau président de la fédération de l’Hérault du PRG va s’atteler « au développement des cercles du PRG. Nous en avons actuellement 7. On espère les développer sur la majorité des communes de l’Hérault » .

Pour Philippe Thinès, le PRG doit faire entendre sa voix sur trois dossiers bien spécifiques : « Défendre les TPE et PME pour une remise à plat de la fiscalité qui les asphyxie« , « Vivre la laïcité qui protège le citoyen dans sa croyance ou sa non croyance. La laïcité ne doit pas être une religion en soi » et « L’Europe Fédérale pour aller vers plus d’Europe. C’est un moyen de sortir de la crise que nous traversons » .

Élections 

Sujet important comme tous les partis politique, les élections « que nous allons préparer le plus sereinement possible » assure Philippe Thinès, qui est le référent local de Sylvia Pinel à la primaire de la Gauche, dont l’objectif est « d’être au dessus des 5% » . Puis viendra le temps des législatives, des sénatoriales, des municipales et des européennes. « Nous allons nous mettre en marche pour mailler le territoire, pour être au plus près des citoyens« .

Interrogé sur les élections municipales qui se dérouleront en 2020 et un possible candidat du PRG à Montpellier, Philippe Thinès confie « être plus dans une dynamique d’accord avec les forces progressistes et humanistes. Mais, s’il n’y a pas d’accord, on ne s’empêche rien. On discutera sur les idées et pas forcément pour mettre un candidat » .

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

Laisser un commentaire