L'ARCEC en pleine préparation de l'événement. Anthony Montardy.
BANNIERE

RAPATRIÉS. L’Association pour le rassemblement des citoyens, des entrepreneurs et des commerçants, l’ARCEC organise trois expositions et des rencontres sur les guerres, mercredi 18 et jeudi 19 janvier prochains, dans la salle Pagézy, près de la place de la Comédie, dans la tour qui abritait l’ancienne mairie de Montpellier.

Le vernissage de ces expositions aura lieu mercredi 18 janvier à 18h, sur les thèmes « les as de la première guerre mondiale », « les forces de la liberté en 1944 et « le parcours des Harkis et de leurs familles » et seront ouvertes au public jeudi 19 janvier de 10h à 12h et de 14h30 à 18h. Le vernissage sera suivi de rencontres avec des anciens combattants, dont des porte-drapeaux et des rapatriés.

Toyota

Les associations des Harkis de la République de Perpignan, de la Cafona et de l’Aracan du Gard, ainsi que le Cercle Algérianiste de Montpellier participent à ce projet porté par l’ARCEC. Son président, Mohamed Bensadia et des membres du bureau ont préparé cet événement mercredi soir autour d’un couscous copieux et délicieux au restaurant Le Babotin, sur le cours Gambetta, à Montpellier.

L’ancienne maire de Juvignac, Danièle Santonja, vice-présidente d’honneur de l’ARCEC était présente à la préparation de cette manifestation. Le président d’honneur de l’ARCEC n’est autre que l’incontournable homme d’affaires d’ici, Michel Fromont. Perla Danan, élue de l’opposition, vice-présidente du CRIF et directrice d’antenne de Radio Aviva -partenaire de cet événement- apporte un soutien précieux aux bénévoles de l’ARCEC, pour que ces deux rendez-vous de la mi-janvier soient un vif succès.

Page Facebook : association ARCEC. Contact : 06 50 78 09 92

 

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire