Illustration - JP
1140×200 fun

VIOLENCES. On peut parler de vendetta et de mini-mutinerie pour évoquer les actes de vandalisme sur fond de vengeance commis dans la nuit de lundi à mardi au sein d’un foyer social pour mineurs, dans un quartier de Montpellier.

Parce que la directrice du foyer s’est opposée à ce qu’une adolescente placée reçoive son petit ami dans sa chambre, histoire de respecter les règles de l’établissement, elle a demandé à quatre jeunes pensionnaires, trois âgés de 15 ans et un de 16 ans- de saccager les lieux.

300×250 fun

Les ados se sont exécutés, en présence de l’adolescente, toute excitée devant ce spectacle triste et consternant : murs et plafonds souillés avec de la peinture, poubelles et faux plafonds volontairement incendiés, tags etc.

Veilleur de nuit blessé

Le veilleur de nuit qui se trouvait dans sa chambre, alerté par des fracas épouvantables s’est précipiter pour calmer l’ardeur des vandales. Le malheureux a été frappé à la tête et dans le dos à coups de cannes de roseaux trouvés sur place, puis assommé à coups de chaise. Il a reçu des soins nécessités par les blessures infligées. Une plainte devrait être déposée au commissariat central.

Les adolescents ont ensuite quitté le foyer, avant l’arrivée de patrouilles de police de la Sécurité publique. Le groupe a erré en ville jusqu’à mardi matin, où il a réapparu. La directrice a immédiatement rappelé les policiers qui ont procédé à l’interpellation des cinq vandales. L’un d’eux a été remis en liberté, les quatre complices ont été déférés ce mercredi au parquet des mineurs au tribunal de grande instance (TGI) de Montpellier.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

8 RÉACTIONS

  1. On se calme, on parle ici de mineurs que leurs parents n’assument ou ne peuvent pas assumer.
    Sans cette demoiselle et son copain rien ne serait arrivé.
    Exigeons leur des TIG plutôt que la guerre

Laisser un commentaire