DAB.

VIOLENCES. Un étudiant montpelliérain a connu la frayeur de sa vie, au mois d’octobre dernier : âgé de 18 ans, il rentrait à pied à la cité universitaire dans la nuit, lorsqu’il a été abordé par trois individus à bord d’une voiture, qui, sous le prétexte de s’être trompés de chemin lui ont demandé de les guider. Pour cela, ils l’ont invité à grimper à bord de leur véhicule.

En fait, l’étudiant est tombé dans un piège : à peine s’installe t-il à l’arrière qu’il est frappé. Les coups de poing pleuvent, les portières sont verrouillées, la victime ne peut pas s’échapper. Le trio stoppe dans un endroit isolé, sur la route, entre Montpellier et Nîmes. Là, après l’avoir enlevé, ils séquestrent le jeune homme et l’obligent à leur donner le code secret de sa carte bancaire. Apeuré, il s’exécute.

Abandonné en rase campagne

Les agresseurs se rendent à un distributeur automatique de billet (DAB) dans une agence bancaire de Nîmes et retirent le maximum de fonds autorisés. Puis, ils reprennent la route pour abandonner l’étudiant en sale état en rase campagne, près de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône, après l’avoir forcé à leur faire une fellation chacun leur tour. Récupéré par un automobiliste, il a été ramené dans une brigade de gendarmerie, où une enquête était ouverte. Les enquêteurs ont collecté divers indices, notamment sur le type et la couleur du véhicule des auteurs, sur leur signalement précis. Avec succès.

Les investigations des gendarmes ont abouti la semaine dernière à l’arrestation des trois auteurs présumés, des Nîmois âgés de 15 ans, 18 ans et 19 ans. Ils ont été mis en examen par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Nîmes pour « enlèvement, séquestration de moins de sept jours, violences volontaires, escroquerie et agression sexuelle » et écroués. L’étudiant montpelliérain garde des séquelles de cette sauvage agression.

 

PARTAGER

25 RÉACTIONS

  1. Scandaleux honteux que la justice ne leurs fasses aucun cadeaux et que leurs défenses ne soit pas accepter par un avocat. Courage pour l’étudiant qui va falloir suivre de près le pauvre psychologiquement il doit être plus que fragile pensez à la victime

  2. C est honteux 3 contre un contre un jeune qui n à rien demandé, vol , séquestration, et en plus agression sexuelle qu’ils soit sévèrement puni c est racailles

  3. Pourquoi n’a ton pas garder la peine de mort pour certains deli ou va la France est encore c un ado et dire qu’on s’en prend à plus jeune encore bande de P.. Qu’on les pende haut et cour.

  4. « Un étudiant montpelliérain a connu la frayeur de sa vie » lol bravo au journaliste, tout à fait adapté aux circonstances. Volé, tabassé et violé, c’est pas grand chose en effet…

  5. Pourquoi une agression sexuelle alors qu’il y a viol ? Pour leur éviter la cour d’assise encore une fois!! Forcément, on va encore leur laisser une chance à ces pauvres jeunes afin qu’ils puissent recommencer une autre fois encore !! Ça me dégoûte de lire ça ! Pauvre victime… espérons qu’il arrive à survivre avec ça dans la tête à vie!

  6. Vous êtes le premier maillon de la chaîne qui contribue à banaliser ce genre d’actes odieux. Ce jeune homme ne sera jamais dedommagé à la véritable hauteur du préjudice physique et moral subit.

Laisser un commentaire