En concert le 17 février.
1140×200 fun

JAZZ. Bien connu de la scène héraultaise et des salles montpelliéraines en particulier, Fwad Darwich est de retour en ce début d’année, cette fois au Red Turtle.

Fwad Darwich est un bassiste et compositeur autodidacte marocain. Né à Casablanca, il a fait ses premiers pas dans le monde de la musique à l’âge de 22 ans. Très vite il a commencé à jouer dans plusieurs formations au Maroc, puis a quitté son pays natal en 2003 pour s’installer dans le sud de la France, afin de continuer son aventure musicale.

300×250 fun

Depuis, il multiplie ses rencontres, ses expériences en tant que bassiste et compositeur de Casablanca à Montpellier en passant par Perpignan, Madrid, Barcelone ou encore Paris. Il a partagé la scène avec des musiciens tel que, Aziz Sahmaoui [Joe Zawinul, Karim Ziad, L’orchestre national de Barbès…], Thomas Vahle [Mory Kanté], Seyba Sacko [Salif Keita, Toumani Diabaté], Séga Seck [Soriba Kouaté.

Trois amis musiciens

Le projet de Fwad Darwich & « The Dialects » se situe à la croisée du jazz et de ses racines Nord africaines. Pour sa réalisation, il a fait appel à Dawoud Bounabi, batteur franco-algérien, à Srebrine Avuski, saxophoniste bulgare et à Jean-Sébastien Simonoviez, pianiste Français.

Le temps d’une rencontre s’ajoute la voix d’un chanteur traditionnel marocain venant enrichir les compositions de nouvelles couleurs ethniques Dès la première note, les compositions de Fwad Darwich vous emmènent dans un long périple où s’entremêlent phrasés jazz et magie des musiques marocaines. Un mélange dont on sort sonnés, mais sereins, symptôme d’une ivresse provoquée par les crescendos énergiques couplés aux mélodies envoûtantes et chaudes que Fwad Darwich bassiste et compositeur du groupe lie avec finesse.

Fwad Darwich & The Dialects en concert au Red Turtle, 44 avenue de Palavas, Montpellier, vendredi 17 février prochain, à 21h. Entrée libre.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire