Le cabinet médical du centre commercial de la place Saint-Paul, dans la cité de la Mosson-la Paillade à Montpellier a connu une vive agitation, jeudi matin, quand une femme de 68 ans a débarqué dans la salle d’attente, où se trouvaient quatre patients. Après les avoir menacés, elle s’en est pris d’abord verbalement, puis physiquement à la secrétaire médicale, âgée de 47 ans, furieuse qu’on lui refuse un rendez-vous par téléphone et ce depuis mardi.

Avant de lui tordre une main et de la frapper, ce qui a entraîné un arrêt de travail de 5 jours, la sexagénaire a tenu des propos en Arabe constituant une atteinte à la religion de la victime, notamment en lui reprochant, « d’être une mauvaise musulmane, car elle ne porte pas le voile », proférant également des menaces de mort réitérées. La secrétaire médicale a pu traduire les déclarations de la visiteuse, qui a fini par alerter la doctoresse qui était en train de soigner un malade.

Elle nie tout

La doctoresse n’a pas pu calmer la colère de la retraitée et aidée par les quatre patients en salle d’attente qui ont assisté à toute la scène a réussi à expulser manu-militari la sexagénaire du cabinet médical. Celle-ci a tranquillement regagné son domicile, avenue de l’Europe, où elle a été interpellée vers midi par les policiers de la Sécurité publique du bureau des quartiers nord.

En garde à vue, elle a farouchement nié les accusations portées contre elle, assurant avoir été au contraire malmenée par la secrétaire du cabinet médical. Les quatre malades qui attendaient leur tour pour être vus par la doctoresse ont confirmé intégralement la version de la victime, mais ont refusé de déposer plainte contre la sexagénaire, craignant des représailles.

Déférée au parquet de Montpellier vendredi, la sexagénaire a fait l’objet d’un renvoi à une date ultérieure devant le tribunal correctionnel et a été placée sous contrôle judiciaire jusqu’au procès.

 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

14 RÉACTIONS

Laisser un commentaire