1140×200 fun

Philippe Saurel et Nicolas Bourriaud ont présenté mercredi matin la nouvelle entité dédiée à l’art contemporain à Montpellier. Baptisée MoCo – pour Montpellier Contemporain – celle-ci regroupera La Panacée, l’école des Beaux-Arts et le futur centre d’art contemporain situé à l’hôtel Montcalm dont l’ouverture est prévue en 2019. D’ici là, charge à Nicolas Bourriaud de préfigurer l’art contemporain à Montpellier à travers sa programmation à La Panacée.

Les ambitions sont grandes pour le MoCo présenté comme une formule unique en Europe : « C’est une institution innovante dans un contexte global morose » assure Nicolas Bourriaud qui coordonnera le tout « Nous allons créer à Montpellier un véritable parcours d’art. Ce sera un outil de synergie de l’ensemble des acteurs de l’art contemporain du territoire« .

300×250 fun

Le centre d’art contemporain sera « une formule hybride entre un musée et un centre d’art« . Il fonctionnera sans collection propre mais à partir de collections privées ou publiques du monde entier et sera « une vitrine internationale pour des expositions majeures« . Nicolas Bourriaud compte ainsi faire de Montpellier, avec le soutien total de Philippe Saurel, une ville qui compte dans le monde de l’art contemporain avec des artistes qui ne sont pas forcément exposés à Paris. Et pourquoi pas détrôner la capitale puisque Philippe Saurel et Nicolas Bourriaud vise la planète entière.

La Panacée, un multiplexe de l’art contemporain

D’ici l’ouverture du centre d’art contemporain en juin 2019, Nicolas Bourriaud aura à charge la programmation de La Panacée. Dès le 27 janvier, le public aura un aperçu de ce que deviendra le lieu. Le numérique ne sera plus l’apanage unique du lieur qui a pour vocation d’être « une sorte de multiplexe de l’art contemporain« . Comprendre qu’à chaque nouvelle date trois expositions seront présentées. L’objectif étant de tendre vers « un musée d’engagement« .

Pour sa première programmation, Nicolas Bourriaud propose un Retour sur Mulholland Drive. L’exposition présentera des oeuvres inspirées du minimalisme fantastique en direct inspiration du film de David Lynch. Un deuxième espace sera occupé par Tala Madani « une artiste iranienne qui ose porter sur la masculinité un regard au vitriol« . Et enfin Intérims où quand « l‘art contemporain explore le monde du travail et la manière dont les artistes décrivent des éléments de notre quotidien« . À découvrir du 27 janvier au 23 avril 2017.

 

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

Laisser un commentaire