Gare TGV de la Mogère

Lors du dernier conseil de Métropole, Philippe Saurel a tenu à répondre à la Fédération Nationale des Associations des Usagers des Transports. Réunie à Strasbourg il y a quelques jours pour son 20e congrès, la FNAUT a décerné ses tickets verts et tickets rouges. Le président de Montpellier Méditerranée Métropole y est épinglé pour avoir soutenu « le doublement de l’A9, les contournements Ouest et Est, la déviation de l’ex RN113, la LICOM, le LIEN  » , « le projet de gare TGV excentrée de La Mogère » et « reporté la réalisation de la ligne 5 de tramway  » .

« Je vais y répondre publiquement devant les caméras »

Philippe Saurel a répondu sur chacun des points : « La FNAUT ne semble pas savoir que ni les projets routiers qu’elle évoque, ni la gare de la Mogère ne sont de la compétence de la Ville de Montpellier ou de sa Métropole. L’autoroute A9 est une compétence de l’État et elle est réalisée par ASF. Le COM est de la compétence de l’État, comme la déviation de la RN113, et non pas l’ex RN113 comme l’écrit la FNAUT. La déviation Est de Montpellier est de la compétence du conseil départemental. Le LIEN est de la compétence du conseil départemental. La LICOM est de la compétence départementale. La gare de la Mogère est de la compétence de SNCF Réseaux, ex RFF, et réalisée par un groupement piloté par ICADE Promotion  » . Et, visiblement piqué au vif, de se montrer offensif : « La FNAUT ne semble pas savoir que les projets qu’elle cite ont été décidés et même engagés pour certains avant les élections municipales de 2014  » .

Toyota

Sur la question du tramway, dossier de sa compétence, il a rappelé avoir réalisé le bouclage de la ligne 4 « et c’est un véritable succès, 30 000 usagers, en terme de fréquentation et d’intégration dans le patrimoine » et « mis en place une politique tarifaire ambitieuse  » . Concernant la ligne 5, il a une nouvelle fois indiqué qu’elle n’était pas arrêtée : « le bouclage de la ligne 4 et le premier maillon de la ligne 5« . Samedi dernier, lors de l’ouverture de l’avenue du Mondial de rugby 2007, Philippe Saurel avait précisé que les travaux débuteraient en 2019-2020.

« Tout cela fait beaucoup d’erreurs ou d’omissions de la part de la FNAUT. Et moi je m’interroge » s’interrompant quelques secondes pour faire son analyse du fonctionnement de la presse et poursuivant en citant un tweet de Fabrice Luccini (ndlr : il s’agit en fait d’une note de Paul Valery dans le recueil Autres Rhumbs) : « Qui ne peut attaquer le raisonnement attaque le raisonneur  » . « Chacun comprendra ce qu’il doit comprendre » a t-il conclu. Momentanément car il s’agissait là du premier mouvement d’un coup de billard à deux bandes.

Quand Stéphanie Jannin vient à la rescousse de Philippe Saurel

Que Philippe Saurel se défende n’est pas une surprise. Une heure plus tard, profitant que l’affaire 15 aborde la gare de la Mogère, il revient à la charge. Cette fois c’est pour attaquer personnellement le président de la FNAUT Hérault. En regrettant qu’Eric Boisseau, qui fut chargé de mission pendant 6 mois à la Métropole, fasse des commentaires à propos de la future gare TGV dans un article paru le matin même : « Il aurait pu nous faire bénéficier de sa science (…) Je ne lui reproche pas il reste quand même un ami  » . Avec la suite, il n’est pas certain que cette amitié perdure…

Il est apparu beaucoup plus surprenant que Stéphanie Jannin, déléguée à l’aménagement et l’urbanisme, vienne à la rescousse de son président en se faisant l’écho d’un article de presse : « Cette personne, ou du moins son homonyme je ne sais pas, serait l’heureux bénéficiaire d’un logement dans une opération très prisée d’habitat participatif sur le 2e canton de Montpellier portée par le conseil départemental, et en particulier par le conseiller départemental de ce canton. Voyez-vous je m’interroge sur les réelles motivations de cette personne à dresser des cartons rouges compte tenu de son implication locale  » . Philippe Saurel synthétise l’intervention de Stéphanie Jannin : « Ce que vous me dites c’est que sur le 2e canton, le conseiller général distribue les logements participatifs à ses amis » en guise de conclusion à cette série de coups bas surjouée par les deux protagonistes.

Eric Boisseau et le conseiller général en question apprécieront. Ils pourront toujours demander à Stéphanie Jannin comment l’on gère une accusation publique de soupçon de conflit d’intérêts. Une séquence politique peu glorieuse qui n’avait sans doute pas sa place au conseil de Métropole…

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

Laisser un commentaire