Saint-Bauzille-de-Putois : les 43 migrants sont arrivés

0
banniere mega

Dans le cadre de l’évacuation des migrants de Calais sur l’ensemble du territoire national, 43 jeunes réfugiés étrangers sont arrivés ce jeudi matin dans le centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Saint-Bauzille-de-Putois. Ils sont hébergés pour une durée de 9 mois dans l’ancien centre de loisirs Les Lutins Cévenols.

Ce sont 43 majeurs célibataires, en grande majorité d’origine soudanaise qui ont été accueillis par le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, au côté du maire de la commune, Michel Issert (SE) et de ses adjoints, dont la première adjointe, Élisabeth Thérond. L’édile a démissionné de ses fonctions et les conseillers municipaux vont l’imiter mercredi 2 novembre. Dans un premier temps, Saint-Bauzille-de-Putois devait recevoir 87 personnes.

Le préfet au CAO.
Le préfet au CAO.
Un médecin sur place.
Un médecin sur place.
Pavé

« Accueillir ces personnes fuyant les guerres et les persécutions, c’est avant tout répondre à un objectif humanitaire, celui de leur mise à l’abri. Cette mise à l’abri est donc temporaire. Elle doit permettre aux acteurs associatifs d’aider les migrants à constituer, le cas échéant, un dossier de demande d’asile. Il sera procédé ensuite à leur réorientation dans le dispositif d’hébergement déjà existant, dédié aux demandes d’asile (Centres d’accueil de demandeurs d’asile – CADA) », précise la préfecture.

Le CAO de Saint-Bauzille-de-Putois est géré par l’association SOS Solidarité, partenaire de l’État qui en assure 100% du financement. Outre un accompagnement administratif, elles proposent à ces personnes un soutien sanitaire et social.

Les pompiers du Sdis 34 sur les lieux.
Les pompiers du Sdis 34 sur les lieux.
La Protection civile engagée.
La Protection civile engagée.

Quatre bénévoles de la Protection civile de l’Hérault, notamment des opérateurs qui se relaient au quotidien assurent une présence diurne et nocturne, notamment en distribuant des boissons aux migrants, mais également en gérant une partie de l’administration. Ce jeudi matin, une ambulance des sapeurs-pompiers du Sdis 34 et un médecin étaient présents sur le site, où une vingtaine de gendarmes étaient mobilisés.

« Accueillir ces personnes qui se trouvaient en situation de grande précarité à Calais relève de la solidarité nationale. Comme d’autres territoires, notre département répond à cet impératif » ajoute la préfecture. 125 autres jeunes réfugiés du démantèlement de la « jungle » de Calais vont arriver dans un CAO ouvert dans le quartier des Aubes, à Montpellier.

450 centres d’accueil et d’orientation sont implantés sur le territoire.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire