Montpellier : la chasse aux affiches sauvages

1
Lutte contre l'affichage sauvage.

À Montpellier, la Ville fait la chasse à l’affichage sauvage. Depuis le début de la semaine, une campagne d’enlèvement d’affiches est menée, en divers points de l’Écusson, en liaison avec la TaM 3M. Objectif du maire, Philippe Saurel : rendre Montpellier plus propre et plus belle.

« Un produit est mis pour que les affiches ne puissent pas tenir ou pour qu’elles se décollent très facilement », explique Luc Albernhe, l’adjoint au maire en charge de la délégation de la voirie, avec Valérie Barthas, en charge de la propreté comme conseillère métropolitaine, alors qu’il supervise le travail d’un employé, place Émile Martin. Fidèle à son habitude d’élu de terrain, Luc Albernhe donne même un coup de main bienvenu, en utilisant le jet pour enlever des affichettes.

Luc Albernhe au travail.
Luc Albernhe au travail.
PAVÉ VOLVO V40

« La dégradation des façades et des portes par des tags et des affiches sauvages est une préoccupation majeure de la municipalité. Montpellier est une des premières villes de France à avoir mis en place, depuis plus de dix ans, des interventions gratuites pour enlever des murs les affiches et graffitis, alors que cette dépense devrait normalement incomber aux propriétaires. Ces actions sont menées au quotidien par les équipes du prestataire Ciel Vert. Les contrôles de terrain des équipes du prestataire et de la Ville permettent de définir les priorités d’intervention. En 2015, nous avons fait retirer 5’504 affiches par mois en moyenne soit 66’048 affiches », révèle l’adjoint de Philippe Saurel.

Un numéro vert

Quelle est la marche à suivre ? C’est simple : les administrés peuvent demander l’intervention des équipes directement en contactant Montpellier au quotidien, soit par téléphone au n° vert, donc gratuit : 0800 340 707 ou par internet : https://montpellier.services.montpellier3m.fr

Pour limiter l’affichage sauvage et offrir des espaces de libre expression, la Ville implante sur l’ensemble de son territoire des panneaux d’expression et d’affichage libres. Selon la réglementation, la commune doit disposer d’une surface minimum de 142m². « Nous mettons toutefois à la disposition de tous, une surface bien supérieure, 127 panneaux, ce qui représente une surface de plus de 480 m² (soit presque 4 fois le minimum légal). Ces panneaux sont entretenus et nettoyés au moins une fois par mois (2 fois dans l’hyper-centre). Ils sont répartis sur l’ensemble du territoire et sont visibles du plus grand nombre. Par contre nous n’intervenons pas dans le type d’affiches collées, même si nous remarquons qu’elles relèvent plus souvent des spectacles en tout genre que de l’affichage d’associations. 10 panneaux supplémentaires seront posés d’ici la fin de l’année 2017 » précise l’élu.

L’emplacement de ces panneaux est mis à la disposition de tous à l’adresse suivante : http://opendata.montpelliernumerique.fr/Affichage-libre

Le budget annuel de la lutte anti tags et affiches sauvages s’élève 1’200’000 €. Il faut ajouter à cela 60’000 € pour les prestations occasionnelles (protections portes et volets, interventions hors forfait pour tags en hauteur…) Le budget dédié aux panneaux d’affichage libre était de 30’000 € en 2016.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Une réaction

Laisser un commentaire