Colère : marche des policiers et des pompiers mercredi

0

DERNIÈRE MINUTE. À la demande du ministère de l’Intérieur, les préfets vont recevoir ce lundi des délégations de syndicats de police nationaux pour tenter de désamorcer le mouvement qui s’étend en province, avec des manifestations de gardiens de la paix de la Sécurité publique sur la voie publique. Ces actions spontanées organisées deux fois par jour depuis mercredi, comme à Montpellier échappent pourtant aux organisations syndicales…

Les policiers nationaux organisent des manifestations spontanées dans les rues de Paris et de province, notamment à Montpellier, tous les jours et la nuit depuis mercredi pour protester contre le laxisme des juges et contre les graves attaques, dont des collègues ont fait l’objet récemment : un cocktail Molotov a été lancé par un groupée jeunes dans une voiture d’intervention occupée par trois collègues. Un est sorti indemne, mais les deux autres ont été grièvement brûlés.

PAVÉ 250

Cette escalade de la violence et la passivité présumée des juges envers ces dangereux délinquants ont conduit les policiers de la sécurité publique à descendre dans la rue, en dehors des actions syndicales, ce qui constitue une première. Dans la nuit de samedi à ce dimanche, des équipages de nuit du commissariat central de Montpellier sont revenus sur la place de la Comédie, gyrophares et sirènes activés pour rappeler leur colère à la population.

Un syndicat de police en marche

Après plusieurs jours de silence, les syndicats de police se réveillent, semble t-il, même s’il n’est pas question de récupérer le mouvement. Ainsi, le syndicat majoritaire chez les forces de l’ordre, Unité SGP Police FO a initié une marche de la colère policière et citoyenne ce mercredi 26 octobre, qui sera organisée à 12h à Paris et dans tous les départements. À Paris, le cortège partira de République vers l’hôpital Saint-Louis, où un des policiers grièvement brûlé dans l’Essonne est toujours hospitalisé.

« Cette marche se fera sans récupération syndicale et de fait sans banderole, ni prise de parole » révèle ce dimanche Yves Lefebvre, le secrétaire général d’Unité SGP Police FO.

Les pompiers solidaires

Les mêmes maux de violences récurrentes dans les cités à leur encontre -jets de projectiles, guet-apens sur des feux volontairement allumés etc.- ont convaincu les sapeurs-pompiers à s’unir à la colère des forces de police. « Le manque de considération, le mal-être et l’exaspération légitimement ressentis par les forces de sécurité et de police sont inacceptables, tout comme les violences et agressions auxquelles elles doivent régulièrement faire face. Les maux auxquels les policiers sont quotidiennement exposés s’assimilent pour certains à ceux que nous avons à subir dans l’exercice de nos missions. Nous revendiquons le droit d’exercer notre profession sans pour autant en souffrir ni être inutilement exposés à une menace constante » témoigne ce dimanche un responsable de la Fédération Autonome des sapeurs-pompiers professionnels PATS (FA SPP PATS).

« Dans le contexte exceptionnel des manifestations récemment organisées, nous adressons aux policiers notre soutien inconditionnel en nous associant sans réserve à l’expression de leur mécontentement et de leur colère. Citoyens à part entière nous refusons ce qu’ils subissent. Pour rappel, nous, sapeurs-pompiers-professionnels souffrons d’un abaissement des effectifs, d’une sur-sollicitation opérationnelle, d’un désengagement financier de la part de l’Etat et de fait des collectivités, de la recrudescence des incivilités dans l’exercice de nos missions, de la scission entre les cadres supérieurs et des hommes de terrain, de pratiques managériales autoritaristes d’un autre temps, que s’autorisent certains cadres supérieurs et de l’absence de considération de la part de nos gouvernants et de certains élus locaux (réforme désastreuse de la filière, temps de travail, organisation des services, etc.) » ajoute ce syndicaliste, avertissant que « en tant qu’acteurs d’un même service public, nous apprécions d’avoir été sollicités par nos collègues policiers nationaux et répondons à cet appel de solidarité, sans aucune intention de récupération syndicale. Nous appelons tous les sapeurs-pompiers de France en tenue de travail à rejoindre le mouvement de mécontentement, mercredi 26 octobre à Paris, ainsi que participer à toutes les initiatives locales ».

Les pompiers de la région Occitanie devraient se joindre à la marche des policiers nationaux.

Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here