Non aux migrants : on devrait revoter à Saint-Bauzille-de-Putois

0
On devrait revoter à Saint-Bauzille-de-Putois. Photo D.R.

La démission spectaculaire de tous ses mandats -de maire, mais aussi de conseil municipal- de Michel Issert (Sans Étiquette), l’édile de Saint-Bauzille-de-Putois pourrait entraîner l’annulation de l’élection municipale de 2014 et obliger les habitants, environ 1500, à revoter dans les prochains mois.

Spectaculaire certes, car brutale, mais prévisible, cette décision du maire qui dénonce l’attitude du préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel de l’avoir mis devant le fait accompli, sans la moindre concertation, en annonçant la venue début novembre de 87 jeunes migrants, des réfugiés étrangers de la « jungle » de Calais, dans un centre de loisirs de la commune de la vallée nord de l’Hérault. Depuis qu’Infos H24 a révélé l’information, lundi, la population se montre solidaire du maire, qui persiste et signe.

Michel Issert a démissionné. Photo D.R.
Michel Issert a démissionné. Photo D.R.
PAVÉ 250

« De 19 élus, le conseil municipal est passé à 18, du fait de cette démission officiellement envoyée au préfet. Du coup, comme pour élire le nouveau maire parmi les conseillers municipaux il faut que le conseil soit au complet, il faudra donc organiser un nouveau vote, dans l’hypothèse où cette démission du maire sera devenue définitive » explique un élu héraultais.

Un mois pour accepter ou refuser

Le préfet de l’Hérault dispose d’un délai d’un mois à réception de la démission de Michel Issert pour l’accepter ou la refuser. En cas d’acceptation, les habitants retourneront donc aux urnes, avec ce casse figure qui pourrait poser problème : en solidarité à Michel Issert, aucune liste ne se présenterait à Saint-Bauzille-de-Putois !

Dans l’hypothèse où le préfet refuserait la démission du maire, des négocations seraient lancées pour trouver une solution, mais Michel Issert aura le droit d’adresser un second courrier en recommandé avec accusé de réception au préfet de l’Hérault pour confirmer sa démission. « Dès lors, cette seconde lettre annihilera automatiquement la signification de refus et, c’est la règle, la démission de Michel Issert deviendra officielle » ajoute cet élu.

Dans tous les cas de figure, les habitants de Saint-Bauzille-de-Putois devraient revoter pour élire un nouveau premier magistrat, sur fond de polémique, suivie paraît-il de très près au ministère de l’Intérieur…

Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here