A9, Fabrègues : sensibilisation au risque de somnolence

0
Pause sur l'autoroute.

Ce vendredi soir, à l’occasion du premier week-end des vacances de la Toussaint, la Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable, sensibilisera les conducteurs au risque de somnolence au volant lié à la conduite de nuit, dans le cadre de l’opération « Faites le plein de vigilance ».

Sur 10 aires du réseau VINCI Autoroutes, depuis 18h et jusqu’à 1h dans la nuit de vendredi à ce samedi, les équipes de la Fondation VINCI Autoroutes offriront aux automobilistes un café, leur proposeront de tester leur niveau d’éveil avec l’application « Roulez éveillé », et les inviteront à profiter d’espaces sieste pour se reposer. Des spécialistes du sommeil de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) prodigueront également, sur certaines aires, des conseils pour prévenir le risque d’endormissement et adopter une bonne hygiène de sommeil.

PAVÉ 250

Sur l’autoroute A9, cette opération se déroulera sur l’aire de Montpellier Fabrègues-nord, en direction de l’Espagne, dans l’installation commerciale ENI.

Le risque d’endormissement au volant est particulièrement présent lors des trajets de nuit La somnolence reste la première cause d’accidents mortels sur autoroute. Ce risque est fortement amplifié la nuit. Ainsi, 50% des accidents mortels liés à la somnolence et à la fatigue surviennent entre minuit et 8h du matin, alors même que cette tranche horaire ne concentre que 11% du trafic1.

Risque accru d’endormissement

Entre 22h et 6h, les effets de l’horloge biologique entraînent une baisse de la vigilance, et donc un risque accru d’endormissement.

« Au cours de la nuit, lorsqu’on est censé dormir, la vigilance est au plus bas. En outre, lors des départs de nuit le week-end, le temps d’éveil prolongé avant le départ et pendant le trajet vient s’ajouter à la dette de sommeil déjà accumulée pendant la semaine, ce qui majore fortement le risque de somnolence au volant », précise Clément Bougard, chercheur, et spécialiste du sommeil pour l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).

Pauses régulières

30% des conducteurs français reconnaissent qu’il leur est déjà arrivé d’être sur le point de s’endormir au volant ou même de s’être assoupis durant quelques secondes, et près d’1 sur 4 a déjà empiété sur la bande d’arrêt d’urgence ou sur le bas-côté de la route à cause d’un moment d’assoupissement ou d’inattention. Pour autant, les conducteurs peinent à adapter leur comportement pour éviter ces situations : 45% déclarent prendre le volant alors qu’ils se sentent très fatigués et 1 conducteur sur 2 ne respecte pas le principe de la pause toutes les deux heures.

« Une bonne nuit de sommeil la veille du départ, ainsi que des pauses régulières au cours du trajet sont indispensables pour préserver le niveau d’éveil nécessaire à un voyage en toute sécurité. Une pratique aussi simple qu’une courte sieste devrait s’imposer dans les habitudes des automobilistes car c’est la seule solution réellement efficace pour récupérer », rappelle Bernadette Moreau, déléguée générale de la Fondation VINCI Autoroutes.

Une halte s’impose ce soir sur l’aire de Fabrègues, entre les échangeurs de Saint-Jean-de-Védas et de Sète, dans le sens Montpellier-Béziers.

Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here