Les inscriptions sont ouvertes. Photo D.R.

La faculté de médecine et le CHU de Montpellier proposent un nouveau diplôme universitaire (DU), « Dermopigmentation médicale, réparatrice et esthétique ».

Dans certains cas, lorsque le cancer du sein est dépisté trop tard, il est malheureusement nécessaire de procéder à une ablation du sein. Heureusement, une reconstruction est possible avec la dermopigmentation médicale afin de reconstituer le mamelon. Cette dernière étape est très importante pour les femmes et les aide dans l’acceptation de leur corps après la chirurgie. Ainsi, la faculté de médecine et le CHU de Montpellier proposent un nouveau DU dédié à cette technique dont le champ d’action est très vaste : «Dermopigmentation médicale, réparatrice et esthétique». Ce nouveau DU va débuter en décembre prochain, mais les inscriptions sont déjà ouvertes.

Toyota

Méconnaissance sur le sujet

« Il s’agit de la première formation sur ce sujet dans une université, alors que la plupart de ces actes de dermopigmentation sont remboursés à 100% par la sécurité sociale pour les aréoles des seins. Les patientes ont une méconnaissance de ces actes médicaux et des remboursements, d’où l’importance de former les médecins. Ce diplôme est d’ailleurs ouvert uniquement aux médecins. Les inscriptions viennent d’ouvrir et de nombreux médecins français, suisses, tunisiens, algériens et marocains sont déjà intéressés. Preuve qu’ailleurs aussi on ne trouve pas de formations médicales universitaires sur le thème de la dermopigmentation médicale esthétique et réparatrice » se félicite le CHRU de Montpellier.

Donner les moyens aux praticiens de pouvoir pratiquer un acte médical de dermopigmentation tant réparatrice qu’esthétique, en parfaite connaissance du sujet sur le plan théorique, pratique, pour tout phototype, sur peau saine (yeux, sourcils, bouche) et pathologie (cicatrices, brûlure, post radique, post chimio, post cancer du sein, pelade, vitiligo, becs de lièvres, chirurgie réparatrice du sourcil, yeux), tel est l’objectif de ce diplôme universitaire.

Qualité de l’acte médical

Il s’agit également de donner aux praticiens la formation théorique et pratique pour envisager le traitement des détatouages, des reprises de dermopigmentations « ratées » et des effets secondaires de la dermopigmentation. Permettre aux patients nécessitant un acte de dermopigmentation d’être rassurés sur la formation du praticien et faciliter la recherche d’un praticien compétent. Le but final étant la qualité de l’acte médical. Faciliter la coordination entre les acteurs de soins : gynécologues, cancérologues, dermatologues, chirurgiens plasticiens, ORL, internes en médecine, médecins généralistes ou spécialistes et chirurgiens.

La responsable pédagogique est le Dr Carole Faure, Chirurgie gynécologique et onco-gynécologique au CHU de Montpellier, ainsi que le Pr Guillaume Captier (second

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire