BANNIERE

Une chaîne de secours réunissant les policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier, les gendarmes du groupement de l’Hérault et de la section aérienne, les sapeurs-pompiers et un médecin du Sdis 34 a permis de sauver une quinquagénaire suicidaire. Récit.

Tout a commencé lundi, quand des amis d’une femme âgée de 50 ans ont signalé sa disparition au commissariat central. Une disparition jugée aussitôt inquiétante par les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault et pour cause : elle a quitté son domicile des quartiers nord de Montpellier au volant de sa voiture avec la claire intention de se suicider.

PAVÉ

Grâce à la géolocalisation effectuée par un opérateur téléphonique via son téléphone mobile, la désespérée était localisée mardi dans une zone isolée située à l’ouest de Grabels. Des policiers ont décidé de se déplacer sur place, dans de la garrigue basse et haute à perte de vue, entre Grabels et Combaillaux. En vain.

Survol en hélicoptère

Les policiers ont alors décidé de faire appel à un hélicoptère, ce mercredi matin. C’est celui de la Gendarmerie nationale basé à l’aéroport de Fréjorgues qui était requis et qui a effectué un survol de cette zone située au nord-ouest de Montpellier. Des recherches aériennes qui ont permis de localiser la voiture de la disparue, garée dans un chemin de terre loin de toute habitation, sur la commune de Vailhauquès.

Le véhicule était vide, mais les policiers, à bord de l’appareil ont aperçu la quinquagénaire gisant sur le ventre, allongée sur une couverture à 30 mètres. Il était environ 12h.

Des pompiers à la rescousse

Alors que les policiers et le pilote de l’hélicoptère de la gendarmerie se portaient au chevet de la victime, inanimée, ils apercevaient des sapeurs-pompiers du Sdis de l’Hérault tout proche qui faisaient leur footing dans la garrigue. Ces derniers prodiguaient les premiers soins d’urgence à la quinquagénaire qui respirait encore, mais dont le poul était très faible.

Ils demandaient immédiatement du renfort médical pour perfuser la victime, qui était ranimée et évacuée sur les urgences du CHRU, où elle serait hors de danger, bien qu’admise au département anesthésie réalisation (DAR). La quinquagénaire avait avalé une dose importante de médicaments pour mettre fin à ses jours. Elle a séjourné deux jours et deux nuits dans la nature, avant d’être sauvée par cette chaîne de secours.

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire