Une difficile opération de secours était en cours ce dimanche matin à proximité de la gare SNCF Saint-Roch, à Montpellier, pour brancarder deux piétons happés et blessés par un train de marchandises.

Il s’agit de deux SDF qui squattaient un terrain proche des lieux de l’accident. Ils déambulaient sur les voies et le cheminot n’a pas pu les éviter dans l’obscurité.

Toyota

L’accident s’est produit vers 7h15, sous le pont du boulevard Vieussens, près de l’avenue de Maurin. Dans des circonstances qui font l’objet d’une enquête des policiers de la Sécurité publique qui sont sur les lieux, deux hommes âgés de 25 à 35 ans ont été percutés par la motrice d’un train de marchandises.

Pompiers du secours en montagne

L’un des grièvement blessé, l’autre est légèrement atteint. Les sapeurs-pompiers et le médecin dépêchés sur place rencontraient des difficultés pour remonter les deux blessés sur le boulevard Vieussens, afin de les évacuer sur les urgences du CHRU. Ils ont donc fait appel à 7h30 aux pompiers spécialisés des opérations en milieu périlleux et le groupe de secours en montagne était attendu sur le ballast de la ligne ferroviaire, sous le pont du boulevard Vieussens avec le matériel adéquat.

Ces pompiers spécialisés -le groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux, Grimp 34 et le groupe de secours en montagne, GSM 34 ne font qu’un- vont intervenir environ 10 mètres en contrebas du boulevard, dans le Nouveau quartier Sant-Roch. Ils ont pu remonter les blessés par le talus bordant la voie SNCF. L’opération s’est achevée à 8h45 par l’évacuation des deux victimes.

Le blessé grièvement atteint âgée de 34 ans a été transporté en état d’urgence absolue au département anesthésie réanimation (DAR) au CHRU. Le pronostic vital est engagé.

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

Laisser un commentaire