© Illustration - Anthony Montardy
BANNIERE

Un épicier de la rue du Faubourg-du-Courreau, entre Gambetta et le Jeu de Paume, à Montpellier, qu’un acheteur de cocaïne surnommait « Tonton », a été condamné à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Montpellier, vendredi et incarcéré.

Il comparaissait libre, après avoir été astreint à un contrôle judiciaire depuis son arrestation en juin dernier par les policiers de la brigade des « stups » de la sûreté départementale de l’Hérault.

PAVÉ

Le client de « Tonton » qui a précipité sa chute sortait de l’épicerie avec 25 grammes de cocaïne, quand il a été arrêté par les policiers qui exerçaient des surveillances discrètes depuis plusieurs semaines.

« C’était Darty chez vous » 

Dans la foulée de ce « flat », les enquêteurs perquisitionnaient l’épicerie et le domicile de « Tonton », sans découvrir le moindre gramme de drogue dure ou douce, mais, en mettant la main sur une caverne d’Ali Baba. L’épicier recelait des objets de luxe à la pelle, lors de cambriolages : montres, téléphones portables, ordinateurs, tablettes, appareils photos, camescopes, 40 cartouches de tabac alors qu’il n’a pas l’autorisation, puisqu’il n’est pas bureau de tabac etc. « C’était Darty chez vous » a résumé lai procureur de la République, lors de l’audience, où le prévenu, père de deux enfants, tandis que sa concubine est enceinte, a nié avoir dealé de la cocaïne.

3’000 euros en liquide ont été saisis par ailleurs, lors de la « descente » de police. Était-ce l’argent de la vente de la coke ? L’épicier a nié, assurant même ne pas connaître celui qui quittait son épicerie en juin avec 25 grammes de coke et qui l’accuse formellement comme étant son fournisseur.

Le passé de l’épicier n’a guère joué en sa faveur : il a déjà été condamné en 2011 pour…trafic de stupéfiants.

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Journaliste depuis 2015, ce passionné de radio (animation, montage…) et d’informatique, gère notre site Internet et l’intégralité des réseaux sociaux du groupe.

Laisser un commentaire