Il y a du nouveau à Montpellier pour la collecte et le tri des déchets ! A l’occasion, hier matin, de l’inauguration du nouveau système de valorisation de l’usine de méthanisation Ametyst (cette unité transforme les déchets des habitants en biogaz et en compost), Philippe Saurel, Président de Montpellier Métropole et Jean-Louis Chaussade, Directeur général de Suez, l’exploitant du site, ont fait quelques annonces.

Ametyst fonctionne… enfin !
Jusqu’alors, le procédé innovant, mal maîtrisé (pannes, incendie…) n’avait jamais permis à la coûteuse unité (+ de 100 M€) choisie par Georges Frêche de fonctionner correctement : « Tous les travaux ne sont pas finis mais grâce au nouveau contrat signé il y a deux ans avec Suez, qui a investi 10 M€ sur le site, l’usine fonctionne désormais normalement« , intervient Philippe Saurel. Les objectifs de production pour 2017 sont même déjà fixés : Ametyst doit fournir sur le volet énergie 22 GWh en électrique, 12 000 GWh en thermique et 33 000 tonnes de compost normé. Actuellement, Ametyst alimente (chauffage et eau chaude) plus de 2000 logements de l’éco-quartier des Grisettes et les 17 000 m2 de la clinique Saint Roch…

Toyota

Au service du territoire… et des start-ups !
« On n’en a bavé mais nous y sommes arrivés« , poursuit Cyril Meunier, Maire de Lattes et Vice-président de la métropole en charge de la valorisation des déchets. « Ametyst valorise 50% des tonnes entrantes : c’est une remarquable performance qui nous permet d’envisager l’accueil des biodéchets des autres intercommunalités« , annonce l’élu, partisan de la « régionalisation » d’une filière des biodéchets que la métropole érige en enjeu prioritaire. « C’est l’avenir de la planète« , tonne Philippe Saurel, qui insiste sur la qualité du compost produit par Ametyst largement utilisé par les  agriculteurs locaux. Mais la collectivité attend aussi l’émergence de start-ups dans la filière valorisation-recyclage : « Le succès vient aussi des filières que l’on peut créer sur la réutilisation des déchets. Comme, par exemple, des matériaux pour la construction ou l’isolation phonique« , explique Cyril Meunier : « Il y a là un vrai potentiel pour la création d’entreprise dans la filière, d’autant plus que la métropole va également investir 14 M€ sur le grand centre de tri Demeter pour doubler sa capacité de production« .

Vers la fin programmée de la poubelle orange ?
On ne peut pas dire qu’elles fassent l’unanimité, les « petites poubelles orange » (dixit Philippe Saurel) destinées à recueillir les déchets organiques. Cyril Meunier l’annonce : la collectivité teste un nouveau dispositif sur la métropole, un système de « tube« , des containers collectifs où les particuliers déposent leurs déchets 24h/24h : « Nous en avons déjà installé 19, dont 2 à Montpellier et 5 à Lattes qui sert de village témoin« , explique Cyril Meunier : « On récupère 2 à 7 fois plus de déchets ainsi« , confirme le vice-président de la métropole qui veut installer 80 à 100 tubes d’ici fin 2017 : « Nous ferons alors un test grandeur nature en intégrant, et c’est une première, des zones d’habitations collectives« , annonce-t-il. Une « révolution » qui préfigure, sans doute, la fin des poubelles orange…

Ametyst en chiffres :

33 000 tonnes de compost pour 2017
12 000 tonnes de CSR (un matériaux résiduel pouvant être utilisé sur les routes par exemple)
3500 tonnes de métaux
363 tonnes de métaux non ferreux
85 €/tonne : coût du traitement de la tonne pour la Métropole

Téléchargez l'application Métropolitain !

PARTAGER
mm
Pur produit du web, Thierry s’est fait connaître en développant un pure-player d’actualité, rapidement devenu viral. Hyperactif, vous l’aurez croisé au moins une fois sur son scooter, arpentant la ville dans ses moindres recoins pour vous tenir informé en temps réel.

Laisser un commentaire